Archive | 24 août 2020

Les aérostats d’Amélie Nothomb

Présentation de l’éditeur :

« La jeunesse est un talent, il faut des années pour l’acquérir. »

Mon avis :

Tous les ans, c’est une tradition, on m’offre le nouvel Amélie Nothomb, tous les ans ou presque (l’an dernier a fait exception) je le lis et rédige la chronique dans la foulée.
Je pourrai la faire très courte, et dire que ce roman brasse les thèmes chers à Amélie Nothomb : je me retrouverai alors devant une jolie phrase toute faite qui n’exprimerait pas grand chose.
Ce roman est pour moi d’abord celui d’un enfermement. Nous avons Ange, qui porte un prénom épicène, et qui est étudiante en philologie à Bruxelles. Elle vit en collocation avec Donate, son aînée de trois ans. Les règles de vie de celle-ci, qu’elle impose à sa jeune colocataire, sont d’une maniaquerie rare. J’hésite pour les qualifier : utiliserait-elle un vieux manuel de savoir-vivre qu’elle suivrait à la lettre, y compris dans la manière dont un bac à légumes doit être rempli ? Serait-elle une vieille fille en puissance ? Plus simplement, serait-elle atteinte d’une phobie propre à l’hygiène ? Le lecteur ne le saura pas vraiment, il ne pourra que l’imaginer, s’il a envie de s’attarder sur ce personnage assez secondaire, finalement. Enfermement, oui, parce qu’Ange ne quitte ce petit appartement, qui la satisfait, que pour étudier – si elle aime ses parents, elle ne leur rend pas visite très souvent. Enfermement à nouveau, quand elle rencontre Pie, à qui elle doit donner des cours de lecture parce qu’il est dyslexique. Le cours aura lieu chez les parents de Pie, Gégoire et Carole Roussaire, enfermé dans la salle de séjour. L’une des missions qu’Ange s’assignera est de faire sortir Pie de ce lieu, de lui faire découvrir non seulement Bruxelles, mais aussi ce qui entoure sa maison : Pie apparaît presque comme une princesse de conte de fées qu’il aura fallu délivrer de la vacuité de ses parents. La maison est belle, ils ne l’habitent pas réellement. Ils possèdent une immense bibliothèque, remplie de livres non lus, Carole Roussaire collectionne les porcelaines, de manière virtuelle. Ange est la seule personne à venir régulièrement dans leur maison, dont elle n’aurait dû connaître que deux pièces, le séjour et le bureau de Grégoire, où elle reçoit ses émoluments.
Lire, manger, boire, vomir, aimer, détester : six verbes pour caractériser ce roman (oui, je suis assez sensible quand je lis que des personnes vomissent, que ce soit sous le coup de l’émotion, ou pour avoir fait des excès). Parce qu’après l’enfermement, ce roman est celui de la lecture. N’est-ce pas pour donner le goût de lire à Pie qu’Ange a été engagée ? (Pour soigner véritablement la dyslexie, il en faut un peu plus). S’il ne fallait retenir qu’une citation de ce roman, ce serait celle-ci, pour moi :
Nous vivions une époque ridicule où imposer à un jeune de lire un roman en entier était vu comme contraire aux droits de l’homme. Je n’avais que trois ans de plus que Pie. Pourquoi avais-je échappé au naufrage ?
Donner envie de lire est compliqué, je l’expérimente depuis vingt ans. Comme Ange, j’ai des parents qui lisent, et qui m’ont lu des histoires (mes parents lisent toujours abondamment). Alors pourquoi faire lire est-il si difficile ? Je n’exposerai pas ici mon propre questionnement sur le sujet, et les réponses que je tente d’y apporter. Je note cependant que, dans ce roman, Amélie Nothomb montre que l’échange autour de la lecture est important, laisser l’autre dire ce qu’il pense du roman, même si l’on ne pense pas la même chose : « Aimer un roman ne signifie pas nécessairement qu’on aime les personnages. » Il s’agit aussi de ne pas se limiter dans sa lecture, de lire des romans d’époque et de style variés : Stendhal, Homère, Raymond Radiguet, Kafka sont lus, et pas forcément décortiqués comme peuvent le faire certains lecteurs (dont je ne fais pas partie). La littérature pousse-t-elle à l’action ? Pas nécessairement, et heureusement  : même s’il s’identifie à Hector puis à Nemours, Pie n’a besoin ni de l’un ni de l’autre pour changer le cours de sa vie, et faire qu’elle n’ait pas la vacuité de celle de ses parents. Pas de morale dans l’histoire : la littérature n’a que faire de la morale.
Et la jeunesse ? Un état d’esprit plus qu’un âge mesuré, quantifié. Ange n’était pas jeune, elle l’est devenue.