Archive | 18 août 2020

Seven days, tomes 1 et 2 de Rihito Takarai et Tachibana Venio

Présentation de l’éditeur :

Tu veux sortir avec moi, Seryô ?
Lundi matin devant le portail du lycée, Yuzuru Shino, élève de terminale, s’adresse à Tôji Seryô de deux ans son cadet. Ce dernier est réputé pour accepter de sortir avec la fille qui lui demande, en début de semaine, mais qui stoppe toujours la relation le week-end venu. C’est donc un peu par jeu et par provocation que Shino lui fait cette proposition, marquant le début d’une troublante semaine pour les deux garçons…

Mon avis :

J’ai découvert ce manga voici quelques années, au salon du livre de Paris (en 2012, sauf erreur de ma part). Je ne connaissais strictement rien aux mangas à l’époque, je ne suis pas forcément devenue une experte aujourd’hui, cependant je cherchais des mangas appartenant à des catégories différentes, et là, nous en sommes venus à parler des yaois, ces fameuses romances à destination des lectrices qui mettent en scène deux jeunes hommes. Je me souviens que le libraire m’avait dit que ce genre allait du « tout mignon » (il avait pris Seven days comme exemple) au plus trash (là, il parlait de Cut, que je vous recommande cependant).

Seven days, c’est un yaoi à mettre quasiment entre toutes les mains. C’est l’histoire de deux lycéens, Tôji Seryô d’un côté, Yuzuru Shino de l’autre. Ils sont tous les deux membres du club de tir à l’arc, l’un, Shino, étant beaucoup plus assidu que l’autre. Seryô a une particularité : il a vécu une grande histoire d’amour, dont il ne se remet pas vraiment. Depuis, il essaie de retomber amoureux, sincèrement. Aussi, chaque semaine, il sort avec une nouvelle jeune fille, se comporte avec elle pendant une semaine comme l’amoureux parfait, parfaitement respectueux des désirs de la jeune fille, ne cherchant jamais à profiter d’elle, ne faisant jamais un geste déplacé. Les jeunes filles savent à quoi s’attendre, elles ne sont pas les victimes d’un manipulateur, elles savent qu’elles passeront une belle semaine et que cela n’ira pas plus loin, mais alors, vraiment pas : il ne garde pas de contact. Shino, donc, tente sa chance : oui, c’est un garçon, mais après tout, pourquoi pas ? Seryô se comporte alors avec lui comme l’amoureux parfait, il reprend même l’entraînement de tir à l’arc avec lui, l’attend s’il termine après lui, passe des moments avec lui, et finalement, se questionne : que signifie réellement sortir avec quelqu’un ?

Cela signifie…. être avec lui, passer du temps avec lui, l’attendre aussi s’il finit plus tard que vous, et espérer qu’il vous attende aussi de son côté. C’est aussi, paradoxalement, souffrir quand il n’est pas là, quand il ne vous regarde pas, ne se rend pas compte de ce qui compte pour vous. C’est être avec quelqu’un qui fait battre votre coeur, pour des motifs rationnels, et pour d’autres qui le sont moins. Shino et Seryô (surtout lui) sortent ensemble avant même d’éprouver des sentiments amoureux, et expérimentent le fait de tomber amoureux, justement. Du coup, tout est dans le regard, dans l’attention, et il faut attendre un certain temps –  une semaine, justement – avant le premier baiser. Je me dis que, pour les adolescents qui liraient ces mangas, cela montre aussi que rien n’est figé, l’adolescence permet aussi de se chercher, et de se trouver. Le récit est bienveillant (même si le terme n’était pas en vogue en 2009), et si ceux qui entourent Shino et Seryô les voient davantage comme des amis que comme des petits amis, l’épilogue nous montre bien que leurs relations est désormais sans ambiguïtés pour leur entourage.

Une citation pour terminer : « La cible est le miroir du coeur de l’archer ».