Archive | 27 juillet 2020

Sous le soleil de Key West de Priscilla Oliveras

édition de l’Archipel – 320 pages

Présentation de l’éditeur :

Sara, influençeuse mode et beauté sur les réseaux sociaux, a un problème. Et de taille ! Elle doit rejoindre sa famille à Key West pour les vacances. Mais son petit ami lui fait faux bond au dernier moment. Comment dès lors affronter les questions de ses frères – et de leurs épouses si parfaites – et de ses parents ? Qui tous s’attendaient à rencontrer le futur époux de la petite rebelle de la famille… Et si Luis, ce beau sapeur-pompier en congés forcés rencontré sur le tarmac de l’aéroport, se transformait en gendre idéal ? Voilà la bonne idée de Sara – ou pas… Après tout, pourquoi les rêves ne se réaliseraient-ils pas sous le soleil de Key West ?

Merci aux éditions de l’Archipel et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis :

Sous le soleil de Key West
est une romance à la fois classique et différente. Classique, parce que j’ai pressenti le dénouement dès la lecture du résumé. Ne venez pas me dire que je spoile : quand on lit une romance, on a des attentes, et l’on sait très bien ce qui est le plus probable de survenir (je voyais mal Sara avoir une relation avec la soeur de Luis. Note : cela changerait). Le tout est de savoir comment les choses allaient se dérouler. Différente parce que ce roman aborde des thèmes que peu de romances abordent. La famille, d’abord, rarement mise en avant. Que ce soit celle de Sara ou celle de Luis, elles ont un point commun : tous les enfants ou presque ont fini par suivre la même voie professionnelle que leurs parents, comme si un autre choix était impossible. Sara, influenceuse mode, est l’exception, pour ne pas dire le vilain petit canard de sa famille de médecin. Elle a développé des troubles alimentaires, qui, en dépit des soins, lui empoisonnent un peu la vie, et les rapports qu’elle peut avoir avec sa famille – sujet rarement traité sur ses conséquences à long terme, comme dans ce livre.

Alors oui, il est des passages attendus que l’on trouve dans toute romance. Il est aussi des moments plus singuliers où Sara tente de se rapprocher de sa soeur, lui disant enfin ce qu’elle a sur le coeur, sans craindre les réactions de Robyn. Je me dis que cette dernière, brillante chirurgienne, a elle-aussi des choses à régler : sa mère a sacrifié une partie de sa carrière pour l’élever, aussi a-t-elle toujours voulu être au top de sa profession, et n’a-t-elle pas d’enfants (pour ne pas reproduire ce qu’a fait sa mère ? Elle ne creuse pas (encore) le sujet).

Et Luis ? A force de se protéger contre toute forme d’attachement, il en est venu à s’isoler complètement, sauf quand il s’agit d’aider les autres. Cela fait beaucoup, sauf qu’il a fallu, finalement, sa rencontre avec Sara pour qu’il pense enfin à cesser de s’isoler.

Sous le soleil de Key West est décidément un roman agréable à lire – et pas seulement l’été.