L’école des rêves – la promotion Neptune de Paul Ivoire

édition Poulpe Fictions – 192 pages.

Présentation de l’éditeur :

Loin au-dessus de nos têtes, par delà les nuages, se trouve le monde d’Evêria, où sont fabriqués les songes des humains.
À dix ans, le jeune Kimlan fait son entrée dans la prestigieuse école des rêves. Il y découvre les combats d’Imagination, les voyages à travers les tableaux, et fait la rencontre de drôles de créatures. Son but : obtenir sa première comète afin de rejoindre l’incroyable Atelier des Mille et un Songes.
Les leçons du maître des Cauchemars le mettent cependant en difficulté. Est-ce à cause de ce curieux pouvoir dont parlent les Anciens ? Et quelles sont ces mystérieuses chauves-souris qui envahissent les couloirs de l’école ?

Merci à Netgalley et aux éditions Poulpe fictions pour ce partenariat.

Mon avis :

J’espère que c’est un premier tome, parce qu’à mon avis, cette histoire, ces personnages, ont encore beaucoup à nous dire.
Bienvenue à l’école des rêves – et des cauchemars, ai-je envie de préciser, parce que les uns ne vont pas sans les autres, parce que les deux sont utiles. Il faut simplement que ceux-ci n’aillent pas trop loin, qu’ils ne soient pas trop nombreux. Kimlan, le personnage principal de ce livre, n’aura pas trop de cette première année d’étude, qui devra être validée par l’obtention de sa première comète, pour explorer cet univers très riche.
Ce que j’ai aimé dans ce livre ? Déjà, les personnages, tout sauf niais, tout sauf figés. Oui, l’amitié peut naître entre deux personnes qui ne s’entendaient pas du tout au début du roman. Oui, l’on n’est pas obligé d’être parfait, tout le temps, les héros de romans de littérature jeunesse peuvent être énervés, fatigués, ratés des épreuves – et recommencer.
L’apprentissage qui leur est offert est hors-norme, d’ailleurs, comme dans « notre » monde, certaines compétences ont été mises de côté au profit d’autres, peut-être à tort. Les élèves peuvent ne pas franchir le cap : une autre orientation s’offre alors à eux, d’autres métiers, leur univers est vaste ! Cependant, sur celui-ci plane une menace, bien réelle, et elle n’est facile ni à identifier, ni à éliminer.
Oui, je l’ai déjà dit, mais l’intrigue prend place dans un univers riche, du point de vue de l’histoire (l’action se situe dans le château de Chambord) et de l’art (les tableaux qui permettent de voyager) : c’est à la fois très précis, sans être pesant, ou didactique, mais cela peut susciter l’intérêt du jeune lecteur.
Un roman très réussi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.