Hamish Macbeth, tome 5 : Qui franchit la ligne jaune de M.C. Beaton

Présentation de l’éditeur :

Maggie Baird n’est ni gentille ni généreuse, mais elle est très, très riche. Donc, quand sa voiture prend feu, avec elle à l’intérieur, il y a cinq candidats probables pour le rôle de meurtrier. Tous les cinq avaient été des domestiques dans sa luxueuse maison des Highlands – la nièce timide de Maggie et quatre anciens amants, dont Maggie avait l’intention de choisir un mari.
Tous les cinq sont complètement cassés et tous ont eu amplement l’occasion de falsifier la voiture de Maggie. Donc, découvrir qui l’a fait nécessitera tout le bon sens extraordinaire de Hamish Macbeth et sa compréhension de la nature humaine; surtout quand le tueur semble être complètement la mauvaise personne

Mon avis :
Quand je lis un roman d’Hamish MacBeth, j’ai l’impression de me retrouver dans une autre époque. Années 50, 60, 70 ? Difficile à déterminer : pas ou peu de repères historiques, qui permettent à ces intrigues d’être lues de tout temps, mais aussi l’impression que, dans ce coin de l’Ecosse, rien ne bouge et rien ne bougera jamais. Prenons Alison, la nièce de Maggie : elle a eu de la chance. Certes, elle a eu, à trente ans, un cancer des poumons, mais elle s’en est remise, même s’il lui manque un morceau de poumon. Sa tante, sa seule famille, l’a prise sous son aile et emmenée avec elle dans son cottage. Maggie Baird, c’est un peu comme une grande enfant : elle se lasse très vite de ses jouets, et sa nièce ressemble beaucoup à cela, ou, pour avoir un autre point de vue, c’est un peu comme une femme qui a ressenti le besoin de materner, et qui s’est rendue compte que ce n’était pas du tout son truc.
Qu’à cela ne tienne ! Maggie trouvera d’autres combats. Tenez : faire revenir dans le village le policier qui a été muté, sous prétexte que la criminalité locale n’était pas énorme. Petite réunion d’un comité organisé et hop ! l’opération de communication « ramenons Hamish parmi nous » est lancée – même si la présence et l’influence de Priscilla Halburton-Smythe n’y sont pas pour rien !
Ce livre est paru un an avant la parution du premier Agatha Raisin, et en lisant Qui franchit la ligne jaune, je me suis dit qu’il y avait de l’Agatha dans le personnage de Maggie, qui trouve refuge dans un petit village. Une Agatha au passé sulfureux, mais assumé, une Agatha qui aurait largement profité des hommes, une Agatha, surtout, qui se serait laissée aller par déception amoureuse, alors que ce n’est pas du tout le cas de la patronne de la publicité à la retraite. Oui, si Agatha a un passé dont elle peut s’enorgueillir, ce n’est pas ce que les gens pensent de Maggie – mais elle assume avec une vacherie certaine ce qu’elle a fait de sa vie. Prostituée ? Femme largement entretenue. Les hommes qui ont dépensé des sommes folles pour elle le regrettent aujourd’hui ? Elle n’a forcé personne à l’entretenir. Alors oui, aujourd’hui, elle veut écrire ses mémoires, elle les a même enregistrées sur cassettes et chargé sa nièce de les taper à la machine à écrire. Elle n’est pas la seule à avoir eu, à avoir encore le besoin de « dire sa vie ». A l’époque, c’était un peu moins fréquent – ou, du moins, les parutions étaient moins fréquentes. Même si elle est exécrable, d’humeur changeante, terrifiante pour sa nièce qui n’ose pas vraiment lui tenir tête (Hamish, de retour, fera une analyse très juste du comportement d’Alisson), elle reste brut de décoffrage, sans hypocrisie aucune. Oui, auprès de certaines personnes, dans un petit village conservateur, presque sous la coupe de lord Halburton-Smythe, cela détonne.
Alors, oui, l’intrigue est assez longue à démarrer, après les vrais-faux actes de délinquance qui amène le retour d’Hamish. Elle verra aussi un nouveau supérieur pour notre enquêteur, thème fréquent aussi dans la littérature policière, tout comme le fait qu’Hamish ne veuille pas monter en grade, pour ne pas quitter son cher village de Lochdubh, continuer à prendre soin de sa famille et à veiller aussi à ce que les braconniers ne fassent pas trop de dégâts sur les terres de lord Halburton-Smythe (quand il ne braconne pas lui-même, nécessité faisant loi).
Evolution cependant : tout en enquêtant, Hamish se dit sûr de ne plus ressentir d’amour pour Priscilla, qui en est presque déçue. Les gens changent, parfois.

14 réflexions sur “Hamish Macbeth, tome 5 : Qui franchit la ligne jaune de M.C. Beaton

  1. Elle sait ce qu’elle veut, la Priscilla ?? 😆 Je n’ai toujours pas commencé cette série et je ne sais toujours pas si je vais le faire, ou alors, pour un mois anglais, quand je n’aurai rien d’autre à lire ou besoin de faire une pause.

    Tu as une brave libraire 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.