Archive | 18 juin 2020

Le club de l’ours polaire, tome 2 : Le mont des sorcières d’Alex Bell

Présentation de l’éditeur :

Une île maudite peuplée de sorcières, de trolls et de loups damnés : la suite tant attendue du Club de l’Ours Polaire.Personne n’est jamais revenu vivant du Mont des Sorcières, or c’est justement là que se dirige le père de Stella… Accompagnée d’Ethan, Shay, Dragigus et de Gideon, un explorateur du Club du Chat de Jungle pas très coopératif, la jeune fille doit à tout prix lui venir en aide.

Mon avis :

Stella est officiellement devenue une exploratrice, la première jeune fille à être devenue une exploratrice, ouvrant la voie, du moins, on peut l’espérer à d’autres jeunes filles. Hélas, la réussite de son expédition, conjointe avec trois autres explorateurs, ne lui a pas attiré que des amis, surtout après les révélations sur ses origines. Puis, elle est menacée par la sorcière qui a tué ses parents, et qui n’a pu la tuer. Aussi Félix, explorateur et père de Stella, veut tout mettre en oeuvre pour que la menace cesse – à ses risques et périls. Et c’est presque malgré eux que Stella, Ethan, Shay et Dragibus se retrouvent à nouveau en mission, mission que le club de l’ours polaire leur avait pourtant refusé explicitement.

Est-ce le contexte dans lequel j’ai commencé la lecture de ce livre ? J’ai eu plus de mal à me plonger dans l’intrigue. Si je trouve toujours l’univers aussi inventif, j’ai trouvé que c’était presque trop : trop de personnages, trop de fonctions, d’usage de ses personnages, au point que, parfois, j’avais l’impression que l’on perdait le fil de l’intrigue. J’avais presque envie de dire aux personnages : « sortez de votre bain, cessez de déguster votre petit déjeuner, et accomplissez votre mission ». Le roman comportait pourtant des innovations plus intéressantes (à mes yeux) que d’autres, seulement agaçantes, comme les toutes nouvelles fées rencontrées grâce au Club du Chat de Jungle. De même, le personnage de Gideon n’est pas suffisamment exploité – pourquoi introduire un nouveau personnage si c’est pour l’utiliser si peu ?

Parlons, d’ailleurs, un peu, des autres personnages, que j’ai trouvé développé de manière paresseuse. Nous faisons du sur place ! Ethan a régressé depuis la fin du tome 1, devenu à nouveau totalement insupportable, exerçant sa cruauté contre un autre membre de l’expédition sans que personne ne parvienne à le faire changer d’avis – du coup, les autres personnages baissent nettement d’un cran dans mon estime livresque. Stella se coupe les cheveux en quatre pour… eh bien, pour pas grand chose, heureusement, Félix, « disparu » depuis quasiment tout le début du livre, vient remettre les choses en perspective, bien que son discours ne soit pas aussi libérateur qu’ait pu l’être celui d’un Dumbledore. Non, nous sommes plus dans la morale – celle que j’apprécie modérément – que dans l’ouverture aux autres et à la différence. J’ai presque envie de vous spoiler un fait que l’on apprend sur la vie privée de Félix, sauf qu’à sa révélation, la seule chose à laquelle j’ai pensé c’est : ???? J’y ai vu davantage d’opportunisme que de logique dans la construction de l’intrigue. D’ailleurs, j’ai eu l’impression que la logique était réellement partie lors du dénouement qui, j’en ai eu l’impression, contredisait largement ce que nous savions à la fin du tome 1.

Oui, la lecture de ce tome 2, manquant de cohérence et de souffle, fut pour moi une petite déception, au point que je m’attends à tout pour le tome 3. Bref, si vous souhaitez lire des sagas de Fantasy jeunesse, lisez plutôt Fablehaven : Seth, l’un des héros, est un personnage qui commet des erreurs, à cause de ses défauts mais aussi de ses qualités et l’intrigue est véritablement bien construite.