Les rues de Santiago de Boris Quercia

édition Le livre de poche – 164 pages

Présentation de l’éditeur :

Il fait froid, il est six heures du matin et Santiago n’a pas envie de tuer qui que ce soit. Le problème, c’est qu’il est flic. Qu’il est sur le point d’arrêter une bande de délinquants, dangereux mais peu expérimentés, et que les délinquants inexpérimentés font toujours n’importe quoi…
Après avoir abattu un jeune homme de quinze ans lors d’une arrestation musclée, Santiago Quiñones, flic à Santiago du Chili, erre dans les rues de sa ville en traînant son dégoût. C’est ainsi qu’il croise le chemin de la belle Ema Marin, une courtière en assurances qui semble savoir beaucoup de choses sur son passé..

Mon avis :

Comme souvent, je ne fais pas les choses dans l’ordre : j’ai lu le tome 2 (le seul disponible à la bibliothèque) et j’ai rencontré l’auteur l’an dernier au salon de Saint Maur des fossés. Celui-ci m’a plutôt conseillé son tome 1 que son tome 3, parce que le tome 3 est (je le cite de mémoire) « sans espoir ». Donc acte pour le jour où je me procurerai et lirai le trois.

Santiago Quinones n’est pas un policier comme les autres. Oui, être devenu policier est un choix, pas de doute là dessus, dû en partie au fait qu’il est doté d’une très bonne mémoire. Mais il est un policier plutôt bordeline. Il n’avait pas prévu de tuer le jeune membre d’un gang au cours d’une arrestation musclée. Il n’avait pas prévu de ne pas se sentir bien du tout après, de se remettre à fumer abondamment, de mettre plus ou moins des distances avec Marina, l’infirmière qui partage, un peu, sa vie, et beaucoup son lit. Il déraille, Santiago, et il parcourt les rues de Santiago du Chili. Il suit même une femme qu’il trouve belle, parce qu’elle a les dents de travers, à une époque où toutes les femmes sont passées par la case orthodontiste. Chacun ses goûts, chacun ses obsessions, et celle de Santiago pour le naturel, pour l’acceptation de sa différence tranche avec les goûts plus stéréotypés d’autres policiers.

Santiago, il a un passé. Il a des parents qui se sont séparés quand il était enfant, une mère qui a travaillé pour se payer son premier salon de coiffure et qui, maintenant, avec son second mari, en possède six – elle a hérité du sens de l’économie de son propre père. Santiago ne garde que de bons souvenirs de son père, qu’il voyait une fois par mois après la séparation de ses parents, un père qui s’est toujours préoccupé de son fils. Santiago a aussi acquis son appartement d’une drôle de manière, en se persuadant que ce qu’il faisait n’était pas « mal »  : ce qui est fait est fait, on ne refait pas le passé, on ne peut même pas l’amender ou s’amender.

La police chilienne est-elle corrompue ? Un peu. Cependant, Quiñones découvrira avec étonnement qu’elle comporte aussi des éléments parfaitement compétents, comme Lopez, et capable aussi de lui venir en aide tout en enquêtant comme Garcia. Quiñones a beau avoir été mis à pied, il continue quand même à enquêter, à tâter un peu, parfois, d’une ligne de coke, à baiser, aussi, sans retenue, à prendre des risques, également, sans s’en rendre compte, sans s’apercevoir dans quel guêpier il s’est fourré.

A la fin de ce premier tome, l’espoir est cependant là, encore un peu, même si cela signifie une sorte d’exfiltration pour Santiago.

 

2 réflexions sur “Les rues de Santiago de Boris Quercia

  1. Pingback: Mois espagnol et sud-américain 2020 | deslivresetsharon

  2. Pingback: Bilan du mois espagnol et sud-américain de 2020 | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.