Passé parfait de Leonardo Padura

Présentation de l’éditeur :

Ce matin là, Mario Conde, gueule de bois et moral en berne, n’aurait pas dû répondre au téléphone. A présent, il est chargé d’enquêter sur la disparition de Rafael Morin, directeur d’entreprise et homme exemplaire aux yeux de tous. Aux yeux de Conde, il reste avant tout l’étudiant qui lui a ravi la belle Tamara. Veut-il vraiment retrouver son ancien rival ?

Mon avis :

En ce mois espagnol et sud-américain que je propose, voici ma seconde lecture d’une oeuvre de Padura – mais la première était co-écrite avec Laurent Cantet – et ma quatrième et demi (oui, j’ai eu un abandon en cours de route).

Mon constat ? Je ne suis pas sûre de lire à nouveau Padura avant longtemps, alors qu’il est tant de romans qui me restent à découvrir, tant d’auteurs que je n’ai pas encore lu, et que je trouve toujours ou presque les mêmes faits qui me dérangent.

Nous sommes dans un roman policier, et c’est le premier tome de la tétralogie. Soit. Le roman est relativement court – 277 pages. Comme l’action est lente, mais lente ! Pourtant, l’enquête se déroule sur un laps de temps assez court, mais tout semble prendre du temps, y compris les déplacements d’un point à un autre pour aller interroger la mère du disparu, la maîtresse du disparu, le collègue du disparu. Oui, sa femme a été interrogée, mais même là, le rythme est lent, comme s’il fallait deux interrogatoires pour que Mario Conde ose enfin poser les questions qu’il doit poser – à moins qu’il ne veuille pas brusquer Tamara, qu’il connait depuis le lycée. En fait, il connaissait son mari aussi, et il l’enviait fortement – pour tout, y compris pour le fait d’être, à l’époque, le petit ami de Tamara, que Mario convoitait/désirait. Ce n’est pas que ce dernier fait influence l’enquête, c’est plutôt qu’il plonge le lecteur dans le passé, celui, commun, de Mario, Tamara, Rafaël, mais aussi El Flaco, et aussi celui de Cuba.

Leonardo Padura n’est pas tendre avec Cuba, ses dirigeants, son système politique, et toutes les dissonances qui s’ensuivent. Pourquoi le serait-il, d’ailleurs ? Il est tant de choses qui ne vont pas, que ce soit dans l’adolescence, le début de l’âge adulte ou la période présente de Mario Conde. Il est aussi la violence, qui n’est pas seulement inhérente à la société, elle semble être partout – et le supérieur de Conde n’en peut plus, de tout ce qu’il voit, de tout ce qu’il constate, de ces meurtriers qui n’ont aucun remords, et même de très bonnes excuses –  à leurs yeux, forcément.

7 réflexions sur “Passé parfait de Leonardo Padura

  1. Pingback: Mois espagnol et sud-américain 2020 | deslivresetsharon

  2. Padura n’est pas tendre avec Cuba, et oui, il a bien raison, s’il l’était, on se poserait des questions 😉

    Je vais retenter le coup avec lui, un jour, mais je ne sais pas quand… 🙂

  3. Pingback: Bilan du mois espagnol et sud-américain de 2020 | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.