La Solitude du manager par Segui Nicolau et Migoya

Présentation de l’éditeur :

Au cours de cette nouvelle enquête, Pepe Carvalho est rattrapé par l’époque où il était agent de la CIA. Il se remémore cette rencontre, lors d’un voyage aux États-Unis, avec un certain Antonio Jaumà, manager de la branche espagnole d’une multinationale. Mais voici qu’il se retrouve avec le cadavre de Jaumà, découvert sans slip mais une petite culotte dans la poche. L’affaire semble claire : règlement de comptes autour d’un trafic de filles. Mais l’Espagne émerge à peine de la longue nuit franquiste et abrite encore trop d’individus prêts à tout risquer pour conserver certains privilèges…

Merci à Netgalley et aux éditions Dargaud pour ce partenariat.

Mon avis :

Cela n’a pas dû être un travail facile, et je dois dire que l’adaptation du roman de Manuel Vasquez Montalban est parfaitement réussi, que ce soit du point de vue du récit, ou du point de vue du graphisme. J’ai toujours l’impression que le détective de Montalban est un peu passé à la trappe dans le paysage policier, et c’est dommage.

Pepe est le personnage d’une époque, de son époque, il ne s’en contente pas d’en être le témoin. Il a été prisonnier sous Franco – c’est ainsi qu’il a rencontré Biscooter (c’est ainsi que le nom est écrit ici), il a été agent de la CIA et c’est en se rendant aux Etats-Unis qu’il a rencontré la future victime, Antonio Jaumà, manager de son état, et homme immensément seul, même avec une épouse et des enfants. Pepe veut faire toute la lumière sur sa mort – il est presque le seul.

Seulement, et c’est intéressant, Pepe est un être vivant, il mange – bien – il a des relations avec Charo, il désire d’autres femmes aussi, dort, va au cinéma, pense à tous les privés de cinéma, justement, et se demande auquel il devrait s’identifier. Il se souvient aussi, de la guerre, du franquisme, de la prison. Rien n’est tout à fait fini, et certaines personnes ne veulent surtout pas que cela le soit.

Une bande dessinée pour découvrir l’univers de Pepe Carvalho.

PS : j’ai beaucoup aimé le bonus, qui montre comment Pepe et Biscooter se sont retrouvés.

3 réflexions sur “La Solitude du manager par Segui Nicolau et Migoya

  1. Pingback: Mois espagnol et sud-américain 2020 | deslivresetsharon

  2. Pingback: Bilan du mois espagnol et sud-américain de 2020 | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.