Le mot d’Abel de Véronique Petit

Présentation de l’éditeur :

Dans le monde d’Abel, rien n’est plus important que le mot révélé à chacun vers l’âge de 12 ans. Un mot personnel et intime qui conditionne souvent la vie entière. En retard de plusieurs mois, Abel vit dans l’angoisse d’hériter d’un mot dérisoire ou ridicule, ou pire, d’un mot noir… Un matin, il découvre le mot de Clara, la fille dont il est secrètement amoureux, tagué en lettres rouges sur le mur du collège ! Qui a pu commettre un tel crime ?

Mon avis :

– Alors, c’est oui !
Oui, j’en révèle un peu de ce roman avec cette citation. Oui, c’est Abel qui parle, mais à qui dit-il oui, et à quoi ?
Si vous regardez la télévision, on vous demande de dire oui pour acheter des choses, des choses qui vous rendront libres et heureux – comme si les choses transformaient les êtres.
Ici, ce sont les mots, ou plutôt le mot qui détermine l’être. Chaque être humain reçoit vers l’âge de douze ans un mot. Ce peut être un mot fort, un mot enviable, qui est quasiment la garantie d’un destin hors-norme. Ce peut être un mot banal, avec lequel il faut composer, ou essayer de se servir de lui, le transformer, pour obtenir un destin plus grand que celui qui était prévu. On peut aussi hériter d’un mot noir, et là, le taux de probabilité que vous deveniez un criminel est fort, il faudra lutter toute votre vie pour contrebalancer ce mot, et si jamais « tueur, torturer, étrangler » est votre mot, alors il sera considéré comme une circonstance aggravante en cas de crimes. Là, votre mot sera divulgué. Il sera également divulgué après votre mort, si vous êtes d’accord, et la plupart des gens donnent leur accord.
C’est ainsi qu’Abel et ses soeurs connaissent les mots de leurs parents, morts quand ils étaient tout petits. « Voler » et « nuage » étaient leur mot, et ils sont morts dans l’explosion de leur avion – de quoi faire croire à Abel que le mot détermine vraiment le destin.
Sauf que, tant qu’on est en vie, tant qu’on n’est pas un criminel, on est seul à connaître son mot, on ne le dévoile que si on le souhaite – à la personne que l’on aime, par exemple. Dévoiler le mot de quelqu’un est un crime, passible de dix ans de prison. Sauf que le mot de Clara, la « star » du collège est dévoilé, et que ce mot est extrêmement banal, pour ne pas dire risible. Une enquête est ouverte, et les interrogations abondent. Comment le mot a-t-il pu être dévoilé alors que Clara ne l’avait dit à personne, sauf quand son mot a été enregistré ? Mais « l’officier de l’état civil » chargé de l’enregistrement entend des dizaines de mots par jour, et surtout, ignore l’identité de l’adolescent(e) qui lui donne son mot – la moyenne d’âge pour découvrir son mot est douze ans, une sorte de puberté littéraire, si j’ose dire. Les policiers ne se ménagent pas, et les discussions vont bon train. Sur le pouvoir des mots. Sur le rêve que chacun fait de son mot. Sur les conséquences, quand l’on vit avec son mot, et que l’on sait ne pouvoir le changer, mais qu’il faut vivre avec. Sur le fait que certains, ceux qui appartiennent au « parti de la vérité » veulent ficher ceux qui ont des mots noirs, pour la sécurité de tous. Si cela ne vous rappelle rien, à moi cela m’évoque quelques souvenirs, et pas forcément anciens. Il est tout de même des personnes qui, voici une dizaine d’années, voulaient détecter les futurs délinquants dès la maternelle. Quand les gens ont peur, les extrémistes de tout bord trouvent plus facilement des personnes pour écouter leurs mots. Note : cela fait deux fois que je tape « mort » au lieu de « mots ». Peut-être parce que, à cause de de mots, de simples mots dont on fait ce que l’on veut, ces extrémistes veulent exclure certains êtres de la vie ordinaire, les réifiant. Abel ne pensait-il pas, avant sa révélation :

« Jusqu’à ce matin, jusqu’à ma révélation, c’est ce que je croyais, ce que je trouvais normal.
Un mot, une place.
Un mot, une vie.  »

Je pense alors irrésistiblement au dicton « chaque chose à sa place ». Oui, l’être avec son mot devient pour eux une chose qui ne doit surtout rien demander, rien oser, rien revendiquer, le réduisant à être une étiquette. Et si vous vous dites que c’est triste – oui, ça l’est – je vous demanderai de regarder autour de vous, et de vous interroger : sur combien de personnes a-t-on posé des étiquettes ? Combien assigne-t-on à une place, parce qu’ils sont ceci, cela, qu’ils viennent d’ici, qu’ils ont fait ceci ? Beaucoup trop.

Le mot d’Abel est un livre que je n’ai pas voulu lâcher jusqu’à ce que je sois au bout de l’écriture de cette chronique, et c’est très rare en ce moment.

Merci à Netgalley et aux éditions Rageot pour ce partenariat spécial confinement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.