Gourous… coucou ! de Gérard Chevalier

Présentation de l’éditeur :

Retrouvez le chat Catia dans une nouvelle enquête ébouriffante sur la presqu’île de Crozon !Catia, invitée par Hector, va passer dix jours de vacances dans le beau manoir du comte et de la comtesse Guerrouane de Pennec. Des lieux familiers pour elle depuis son enquête Ron-ron, ça tourne ! Les deux amis sont tellement heureux de se retrouver ! À peine est-elle arrivée qu’un curieux personnage fait irruption à bord d’un cabriolet de luxe. Vêtu d’une tunique longue, Frère Eslambert vient pour la troisième fois convaincre les de Pennec d’entrer dans la « Mission », lieu de haute méditation, afin de développer leur spiritualité, tout en étant débarrassés des contingences matérielles que l’organisation gérera elle-même… La comtesse, séduite, gagne ce lieu insensé où les adeptes vivent dans des conditions lamentables. Catia flaire une escroquerie monstrueuse !

Mon avis :

Pauvre de moi ! C’est le mois du polar que j’organise (au cas où je l’oublierai) et je peine à rédiger mes avis sur les polars que je lis. Enfin… quand je parviens à en lire, et depuis une dizaine de jours, je ne brille pas par mes lectures ! Je tenterai bien de me rédiger un mot d’excuses, mais même là, je sèche !

Je vous propose donc un avis sur un livre que j’ai acquis samedi dernier, et qui marque sans doute l’un des plus brefs temps restés dans ma PAL. Il faut dire que nous sommes dans un genre que certains choisissent d’ignorer : le polar humoristique. En effet, l’enquêtrice, qui ne se sépare que rarement de sa tablette, a tout pour me séduire : elle s’appelle Catia, et est une chatte. Là, pourtant, elle n’aurait pas dû enquêter, puisqu’elle devait passer dix jours de vacances chez son ami Hector, un chien magnifiquement éduqué et très cultivé. Hélas, trois fois hélas, il se trouve que les maîtres d’Hubert sont sur le point de se rendre dans un centre de méditation, qui a une forte envie de les enjoindre à renoncer à tous leurs biens terrestres : on médite nettement mieux quand d’autres personnes vous déchargent de vos soucis.

Catia a oublié d’être bête – d’ailleurs, le comte de Pennec ressent moins le besoin de méditer que sa femme. Surtout, elle trouve moyen d’alerter ce qui ressemble le plus à la cavalerie, c’est à dire ses amis policiers. Le moins que je puisse dire est que leur méthode ne manque pas d’originalité et je ne suis pas forcément sûre qu’elles soient agréés par la police nationale. Cependant, elles ont le mérite de faire bouger les choses et de provoquer des réactions en série.

Oui, l’humour est là, il ne faut cependant pas oublier que le sujet traité est sérieux : l’embrigadement, l’abus de faiblesse, le fait, aussi, de vouloir changer de vie, quand on ne parvient pas à changer sa vie. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un chat policier avec soi.

 

Une réflexion sur “Gourous… coucou ! de Gérard Chevalier

  1. Pingback: Mois du polar 2020 | deslivresetsharon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.