A genoux de Michaël Connelly

Edition Points – 278 pages

Présentation de l’éditeur :

Le corps du Dr Stanley Kent vient d’être retrouvé au belvédère naturel proche de Mulholland Drive : deux balles dans la nuque, style exécution. Nouvellement affecté à la section homicide spécial, l’inspecteur Harry Bosch découvre vite que le Dr Kent avait accès à des matières radioactives utilisées dans Le traitement de certains cancers féminins. et que ces matières ont disparu. Aux yeux de l’agent spécial du FBI Rachel Walling, que Bosch aime encore malgré leur rupture après le fiasco d’Echo Park, ce meurtre et cette disparition risquent fort de marquer le début d’un attentat terroriste à la bombe Sale. Donc conflit ouvert et cette fois, Bosch n’est pas sûr d’avoir le dessus : il y a certes de la parano dans les services de la sécurité du territoire mais la menace islamiste est bien réelle…

Mon avis :

Echo Park suite – ou pas. Harry Bosch et son nouveau coéquipier sont appelés sur la scène d’un meurtre : un docteur a été tué. Pire : sa femme a été retrouvée, ligotée et bâillonnée sur leur lit – vivante, heureusement. Le motif de cette agression et de ce meurtre ? Le docteur avait accès à du césium, utilisé pour soigner certains cancers, et il a été menacé pour le voler. Il a fait ce qu’il a pu, laissant un message sur les lieux de son vol, contraint et forcé, mais si ce qu’il a fait a sauvé sa femme, lui a bel et bien été tué. Pourquoi ? Les tueurs comptaient-ils revenir et achever son épouse, n’en ont-ils pas eu le temps ? Ou bien a-t-il vu leurs visages ? A Harry Bosch de résoudre cette énigme. Enfin, s’il en a le temps : nous sommes dans l’Amérique post 11 septembre, et le FBI prend très au sérieux ce risque d’attentat.

Alors oui, l’enquête va vite, très vite, quitte à se jeter dans la première fausse piste qui se présente, tant que certains mots-clefs sont entendus par la victime, ou par un témoin. Les choses vont parfois trop vite, et il est des personnes qui agissent d’abord, et réfléchissent à l’utilité de ce qu’ils ont fait après. Harry Bosch ? Il ne se fait pas vraiment d’amis dans cette enquête, et il peut même véritablement compter sur les doigts d’une main ceux à qui il peut faire véritablement confiance. Que pèse la résolution d’un crime face à un potentiel attentat ? Personne ne semble tenir, à part Harry, ce raisonnement pourtant très simple : si l’on trouve le meurtrier, on remontera aussi la piste des fameux terroristes potentiels.

En dépit du sujet, j’ai trouvé ce volume des enquêtes d’Harry Bosch presque léger – il ne contient que 278 pages. L’enquête est très vite résolue, que ce soit en terme de son déroulement proprement dit que le temps qui a été consacré à celle-ci. Et si Harry se montre toujours aussi irrespectueux des règles qui l’empêchent de mener son enquête à bien, force est de constater qu’il se retrouve encore et toujours avec des co-équipiers qui n’ont pas la même vision de l’entente entre les services que lui, ni la même vision du bon déroulement de leur carrière. Harry le comprend, néanmoins – il a l’habitude, en quelque sorte.

Un polar solide, pas ennuyeux, mais tout de même en deçà de ce que j’ai pu lire de la série Harry Bosch.

 

 

7 réflexions sur “A genoux de Michaël Connelly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.