L’empathie d’Antoine Renand

Présentation de l’éditeur :

Vous ne dormirez plus jamais la fenêtre ouverte.  » Il resta plus d’une heure debout, immobile, face au lit du couple. Il toisait la jeune femme qui dormait nue, sa hanche découverte. Puis il examina l’homme à ses côtés. Sa grande idée lui vint ici, comme une évidence ; comme les pièces d’un puzzle qu’il avait sous les yeux depuis des années et qu’il parvenait enfi n à assembler. On en parlerait. Une apothéose.  » Cet homme, c’est Alpha. Un bloc de haine incandescent qui peu à peu découvre le sens de sa vie : violer et torturer, selon un mode opératoire inédit. Face à lui, Anthony Rauch et Marion Mesny, capitaines au sein du 2e district de police judiciaire, la  » brigade du viol « . Dans un Paris transformé en terrain de chasse, ces trois guerriers détruits par leur passé se guettent et se poursuivent. Aucun ne sortira vraiment vainqueur, car pour gagner il faudrait rouvrir ses plaies et livrer ses secrets. Un premier roman qui vous laissera hagard et sans voix par sa puissance et son humanité.

Mon avis :

Qu’est-ce qu’un coup de coeur ? La lecture de ce livre m’a permis de me poser la question. J’ai donc trouvé une définition : u coup de coeur, c’est un roman qui est littéralement scotché à vos mains au point que vous avez sérieusement du mal à vous en détacher, vous avez les yeux fixés sur les lignes et ne les relevez pas (ce n’est pas très bon pour la vue, j’en conviens) et vous êtes totalement sourd à ce qui se passe autour de vous; C’est ce phénomène que j’ai vécu en lisant l’empathie, roman au titre très bien choisi.

Seulement voilà… ce premier paragraphe, c’est ce que j’ai écrit juste après avoir lu le livre au mois de juillet. J’ai cessé de rédiger – manque d’inspiration, sûrement, et je reprends plusieurs mois après, en me souvenant de cette lecture qui m’avait envoûtée, du plaisir que j’avais eu à lire, mais je ne me souviens plus que vaguement de l’intrigue, des personnages, et de leurs relations.

Si je fais un effort, je me souviens des thématiques, cependant je trouve que certains comportements des enquêteurs étaient un peu… excessifs. Je ne suis pas la personne la plus optimiste qui soit, cependant je trouve que l’avalanche de catastrophe qui s’abat sur la vie des enquêteurs, la méthode qu’a choisi Anthony Rauch pour résoudre son problème, et même la personnalité d’Alpha… Quand on n’est pas dans le mouvement de la lecture, on voit un peu trop ce qui ne va pas – un peu comme quand on prend ses distances avec une série télévisée que l’on a apprécié regarder.

Alors, oui, ce revirement peut être jugé excessif, mais un véritable coup de coeur est durable, et même si je ne rédigerai pas, parce que le temps a passé, mon avis sur Tous les démons sont ici ou Le voleur de goûter de la même manière, j’en garde encore un souvenir vif, sans que j’y ressente le moindre excès.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.