Justin Case, tome 3 : De poussière et de sang de Jean-Luc Bizien

Présentation de l’éditeur :

Les journaux télévisés du Moyen-Orient ne parlent que des événements tragiques qui secouent l’Egypte et l’on passe sous silence un abominable fait divers : on a découvert des cadavres dans les pyramides ! Des corps trop récents pour être momifiés, et pour cause : ce sont des touristes. Très vite, les soupçons se portent sur un coupable idéal, surpris sur l’un des chantiers alentours. Son mobile ? D’après les autorités, ce pilleur de sépultures aurait voulu dévaliser ses proies. Conclusion trop facile. Trop rapide. Sonny Boy et Justin en arrivent aux mêmes conclusions : l’enquête a été bâclée…

Mon avis : 

Je lis cette série un peu à l’envers, puisque j’ai commencé par le tome 4, et je poursuis par le tome 3. Mes impressions se trouvent assez confirmées.

Justin Case est le héros. Soit. Je le sens pourtant toujours en retrait, par rapport à Matthew Slides, qui est davantage à mes yeux le héros que Justin. N’est-ce pas à lire que l’on doit la séquence d’ouverture ? N’est-ce pas à cause de lui qu’un certain mécanisme s’enchaîne, emmenant une partie de l’aventure à prendre une toute autre direction ? Matthew, qui veut bien vieillir, qui reste discret sur son passé (certes, on en saura plus dans le tome 4). Il a, à mes yeux, plus de consistance que Justine, ce tout jeune adulte millionnaire et qui emploie sa fortune à aider la justice. Je pense toujours à Largo Winch avec ce personnage, un Largo jeune, sans conquête féminine à son bras, sans les difficultés aussi pour diriger le groupe W. Justin a des ennemis, mais alors que son ami Sonny Boy peut localiser n’importe qui, n’importe quoi dans le monde, personne ne parvient à ce jour à déterminer qui est à l’origine de la mort de ses parents, ni pourquoi. Puis, Largo est un mauvais garçon – Justin n’est pas l’homonyme d’un certain Bieber pour rien.

Le roman, d’ailleurs, s’inscrit dans le monde contemporain de deux manières. Il évoque les grands succès musicaux de l’année mais surtout le printemps arabe et le procès Georges Zimmermann, deux faits qui montrent une histoire en mouvement, qui montrent surtout que rien n’est jamais gagné.

Et l’intrigue, me direz-vous ? Il est question de pilleurs de tombeau, professions lucratives s’il en est, et ce, depuis fort longtemps. Il est question de concours de circonstances, de pression politique, de personnes qui sont prêtes à tout pour arriver à leurs fins. Ce n’est pas « tant pis pour les dommages collatéraux », c’est que pour eux, les dommages collatéraux n’existent pas ! Il est question aussi d’un pays magnifique, l’Égypte, dans lequel ses habitants veulent simplement vivre le plus librement et le plus démocratiquement du monde. Tout sauf facile. Justin et les siens repartiront comme ils sont venus, reprendront leur vie libre, et même s’ils soutiennent une ou deux personnes, eux auront toujours la possibilité de vivre ailleurs, autrement.

2 réflexions sur “Justin Case, tome 3 : De poussière et de sang de Jean-Luc Bizien

  1. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #9 [Bilan 3] – Muti et ses livres

  2. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #9 [Bilan 5] – Muti et ses livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.