Piste rouge… sang d’Enzo Bartoli

Présentation de l’éditeur :

Journaliste au chômage, accro au jeu et à l’alcool, Louis Vergier se voit contraint d’accepter un travail dont il se serait bien passé : préparer un reportage autour d’un triple homicide survenu vingt-trois ans plus tôt à Chamonix, alors qu’il y vivait à cette époque une adolescence difficile. Comme il le craignait, ce qui ne devait être qu’un boulot va se transformer en pèlerinage funeste et son retour au pied du Mont-Blanc s’avérera déclencheur d’une série d’événements que personne n’aurait pu prévoir. Entre retrouvailles, rancœurs et mauvais souvenirs, Louis parviendra-t-il à mener son enquête sans éveiller d’anciens démons ?

Mon avis :

Louis Vergier n’est pas l’enquêteur idéal. D’ailleurs, il n’est pas un enquêteur, il est un looser, un journaliste qui est sur une voie de garage et ne pourra certainement pas en sortir. Si sa carrière a foiré, si sa vie privée est ratée, en revanche, il est médaillé en addiction, que ce soit à l’alcool ou au jeu. Aussi, quand on lui propose un travail que je qualifierait de « documentation », il ne peut pas se permettre de le refuser.

J’ai qualifié son travail de « documentation », parce qu’il ne s’agit pas pour lui d’enquêter, non, mais de préparer une émission judiciaire comme il en existe quelques-unes. Elles sont en vogue, elles présentent les victimes de manière très stéréotypée et ne font pas réellement avancer les choses. Elles jouent sur l’émotion, le sensationnel, surfe sur les affaires classées non résolues, bref, les proches des victimes ne peuvent quasiment rien faire pour empêcher la réalisation et la diffusion de ces émissions. Vous cherchiez pire que la télé-réalité, vous avez trouvé.

Louis aussi a été trouvé : cette affaire, elle lui a fait quitter Chamonix, vingt ans plus tôt. Les trois victimes, il les connaissait, il était au lycée avec elles. Il n’était pas leur ami, loin de là, eux étaient des natifs, des privilégiés par leur naissance, leur famille – pas lui. Replonger dans son passé ne lui fait pas envie, il n’a pas le choix. Il découvre une ville qui a changé, les lieux de son adolescence ne sont plus là, et il est difficile de revenir dans le passé. Certaines familles ne veulent rien savoir, une autre par contre espère toujours, un jour, savoir le pourquoi de ces meurtres et cet acharnement : les trois victimes ont été massacrées, littéralement.

Alors, Louis n’enquête pas, il fait le job pour lequel il a été payé, tout en vivant avec les moyens du bord. Il renoue aussi avec une amie d’adolescence, qui a bien changé, à ses yeux. Comment en est-elle arrivée là ? J’ai presque envie de dire « mystère » mais chut ! Alors le rythme est assez lent, parce que Louis se perd dans les méandres de son passé, et d’une certaine dose d’alcool, parce qu’il essaie de ne pas se souvenir de son passé, de ce qu’il a vécu. Brusquement, un événement survient, qui amène à relire autrement le triple meurtre. Réouverture de l’enquête ? Rien n’est si simple, puisque toutes les pistes avaient été explorées, sans résultats.

Nous allons de révélations en révélations dans la seconde partie du roman mais je n’ai pas été autant séduite par ce livre que je l’ai été par les précédents opus de l’auteur. Peut-être parce que je n’avais pas vu venir la résolution de l’enquête. Peut-être aussi parce que le récit est celui d’un immense gâchis, quel que soit le point de vue que l’on adopte.

6 réflexions sur “Piste rouge… sang d’Enzo Bartoli

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.