Les enquêtes de Vipérine Maltais, tome 1 : Mortels Noëls de Sylvie Brien

Présentation de l’éditeur :

Panique au pensionnat ! En ce froid Noël de 1920, une des religieuses qui veillent sur les orphelines a été attaquée dans son sommeil par un fantôme. Mauvaise plaisanterie ? Hallucination ? Tentative d’assassinat ? L’élève Vipérine Maltais mène l’enquête, bien décidée à découvrir ce que chacun s’efforce de cacher. Mais attention, Vipérine : les Noëls sont parfois mortels à Montréal…

Mon avis : 

Vipérine est la neuvième d’une famille de dix enfants – sa mère est morte en mettant au monde Olivine, la dizième de la fratrie. Son père s’est remarié avec une veuve, mère de six enfants, et les siens n’ont plus vraiment de place à la maison. Aussi, Vipérine et Olivine restent-elles au couvent pour les fêtes, avec leur grande-tante qui prend relativement bien soin d’elle, mais aussi une soeur économe qui n’est pas vraiment commode.

D’ailleurs, la soeur est victime d’une agression. Quelqu’un a tenté de la tuer, juste après sa tournée pour récupérer les étrennes du couvent. D’ailleurs, tout au long de son parcours, il en est, des personnes qui n’appréciaient pas la soeur. De plus, la maison du notaire a été le lieu d’un meurtre particulièrement cruel, vingt-cinq ans plus tôt, et toujours irrésolu : les parents du notaire et son petit frère ont été retrouvés morts au pied du sapin. Des personnes furent accusées, mais toutes furent innocentées.

Dans ce beau roman de littérature jeunesse, Sylvie Brien nous fait découvrir la vie quotidienne au Québec dans les années vingt, elle nous montre surtout la condition des femmes, entièrement subordonnées à leur mari par le mariage, rejetées si elles avaient un enfant sans être mariées, condamnées à mourir après un nombre impressionnant de grossesse (dix, quinze….) même si une seule suffit pour conduire à la mort. Le couvent paraît parfois le seul refuge, une sécurité – la certitude de ne pas perdre sa santé en mettant au monde une dizaine d’enfants.

Singulière enquêtrice que Vipérine, lucide sur le monde qui l’entoure, qui n’hésite pas à poser des questions, à effectuer des recherches – que d’autres ont déjà tenté avant elle, preuve que certaines personnes ont vraiment des choses à cacher. Parfois, elle pense faire le bien, le plus souvent, pas du tout.

Vipérine, une héroïne à découvrir : j’ai la chance d’avoir le tome 2 !

 

8 réflexions sur “Les enquêtes de Vipérine Maltais, tome 1 : Mortels Noëls de Sylvie Brien

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.