Sauvage de Jamey Bradbury

Présentation de l’éditeur :

À dix-sept ans, Tracy Petrikoff possède un don inné pour la chasse et les pièges. Elle vit à l’écart du reste du monde et sillonne avec ses chiens de traîneau les immensités sauvages de l’Alaska. Immuablement, elle respecte les trois règles que sa mère, trop tôt disparue, lui a dictées : «ne jamais perdre la maison de vue», «ne jamais rentrer avec les mains sales» et surtout «ne jamais faire saigner un humain». Jusqu’au jour où, attaquée en pleine forêt, Tracy reprend connaissance, couverte de sang, persuadée d’avoir tué son agresseur. Elle s’interdit de l’avouer à son père et ce lourd secret la hante jour et nuit. Une ambiance de doute et d’angoisse s’installe dans la famille, tandis que Tracy prend peu à peu conscience de ses propres facultés hors du commun.

Mon avis :

Livre idéal en cas de canicule.
Oui, je sais, c’était facile à dire.
C’est d’ailleurs à ce moment-là que j’ai lu le livre, c’est vous dire le retard que j’ai pour rédiger mon avis définitif.
Et vous vous doutez bien que, si cela avait été un coup de coeur, je l’aurai rédigé depuis longtemps, cet avis !
Comme dans beaucoup de livres, le problème majeur de la famille de Tracy est le fait que l’on ne se parle pas. Ce n’est pas de l’incommunicabilité, c’est plutôt qu’ils sont une famille de taiseux, comme le père, ou une famille qui doit conserver un secret, comme la mère de Tracy. Elle aussi a un secret : sa mère lui a transmis son don, ou sa malédiction, au choix. Je pencherai presque pour la seconde proposition. Il faut dire que Tracy a beau tenté de respecter les préceptes de sa mère, elle n’a plus personne pour la guider, pour l’aider après sa mort sur laquelle elle ne cessera de se questionner. Vivre avec un tel « don » n’est pas facile. Certaines scènes sont d’ailleurs difficiles à lire, et m’ont donné envie de refermer le livre sans le terminer – autant pour mon insensibilité légendaire.
Pourtant, je suis bien allée au bout de ma lecture, et j’aurai même passé plus de temps avec Tracy – pour savoir ce qu’elle allait devenir. Parce que Tracy a commis une terrible erreur d’interprétation, et elle ne s’en rendra compte que bien trop tard.
Alors oui… Il y a l’Alaska, la rude vide là-bas, les courses de chien de traineaux, et des personnes qui apparaissent parfois, et ne sont pas celles que l’on croit.
A vous de lire et de me dire ce que vous en penser.

3 réflexions sur “Sauvage de Jamey Bradbury

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.