Lord Jeffrey Le train de 16h54 par Hemberg et Hamo

Présentation de l’éditeur :

Édimbourg, 1958. Pour Scotland Yard, la disparition de David Archer n’a rien d’inquiétant. Après quatre mois d’absence, tout laisse penser qu’il a volontairement quitté le domicile familial pour refaire sa vie à Londres. L’affaire est classée sans suite. Mais pour Jeffrey, son fils de 13 ans, la police fait fausse route. Son père lui avait promis de revenir à temps pour assister à l’entrée en ville de la Reine et il n’a jamais manqué à sa parole. S’il n’est pas revenu, c’est qu’il lui est arrivé quelque chose. D’ailleurs, il se souvient que la veille de son départ, son père avait évoqué une mission mystérieuse. Et si c’était un agent secret? Et s’il était retenu en otage quelque part? C’est décidé, puisqu’il ne peut pas compter sur les adultes, il mènera sa propre enquête accompagné de son chien Sherlock!

Merci aux éditions Kennes et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis :

C’est une bande dessinée que j’aurai aimé pleinement aimer. C’est une bande dessinée lue juste après une autre que j’avais appréciée, et celle-ci l’a été nettement moins.
Oui, c’est une bande dessinée pour jeunes lecteurs, et c’est pour cette raison que certains clichés m’ont agacée. Oui, nous sommes en 1958, mais pourquoi faut-il que les personnages féminins soient si stéréotypés ? Prenez la mère de Jeffrey : elle ne sait rien des activités de son mari, seul son fils est dans la confidence. La complicité père/fils, c’est bien, en excluant la mère, cela l’est nettement moins. Ensuite, elle ne croit pas son fils – forcément – elle cherche donc de l’aide à droite à gauche, et est presque prête, je crois même que je peux retirer le presque – à croire la première version donnée par la police, et qui est d’une triste banalité. On ne la reverra guère dans ce premier tome, elle gardera son rôle d’épouse et de mère, pas plus. La seconde femme, que l’on aperçoit furtivement, tient plutôt de la femme fatale, sans trouver de l’épaisseur, véritablement. Quant à la troisième, elle est encore une adolescente, disons même qu’elle a l’âge du héros, et qu’elle n’apparaît qu’à la fin du tome, me laissant sur ma faim, même si je pressens qu’elle aura de l’importance pour Jeffrey – du moins, je le souhaite.
Bien sûr, les adultes peuvent être heureux de l’intertextualité – le titre rappelle un roman d’Agatha Christie, le nom du chien de Jeffrey est assez limpide. On peut avoir envie d’en savoir plus sur cette histoire d’espionnage, sur ce mystérieux institut où Jeffrey est emmené et dont les règles mélangent à la fois ce que l’on attend d’un pensionnat traditionnel et une organisation secrète pas vraiment réjouissante.
Ce premier tome m’a laissé sur ma faim, et surtout, ne m’a pas donné envie de poursuivre la lecture de cette série. Des lecteurs plus jeunes que moi y trouverons peut-être leur compte.

3 réflexions sur “Lord Jeffrey Le train de 16h54 par Hemberg et Hamo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.