Hamish Macbeth, tome 4 : Qui a une taille de guêpe de MC Beaton

édition Albin Michel – 252 pages

Présentation de l’éditeur :

Hamish pensait savourer les plaisirs bien mérités d’un été dans les Highlands. Mais c’était avant que la pluie s’abatte sur les lochs et que sa chère Priscilla Halburton-Smythe débarque au bras d’un nouveau fiancé. Pour couronner le tout, Trixie Thomas, épouse modèle, vient de s’installer à Lochdubh et arrive à convaincre les dames du coin de se mettre au régime, de bannir l’alcool et d’entrer en communion avec la nature… ce qui n’est pas du tout du goût de leurs maris ! Aussi quand l’épouse modèle est empoisonnée, Hamish Macbeth n’a pas le choix : il doit renoncer au repos et reprendre du service en interrogeant voisins et amis…

Mon avis :

Le tire anglais est à mes yeux plus parlant, bien plus évocateur que la traduction qui est proposée : Death of a Perfect Wife. Trois ans avant la parution du premier volume des aventures d’Agatha Raisin, une étrangère arrive dans un petit village, le petit village écossais d’Hamish MacBeth, celui où il ne se passe jamais rien, ou presque rien. Contrairement à Agatha, qui fait tout pour s’intégrer dans le village, y compris participer à des activités typiquement villageoises et provoquer quelques catastrophes, Trixie, cette « femme parfaite » comme on en croisera d’autres dans l’oeuvre de M.C. Beaton, souhaiter créer des chambres d’hôte avec Paul, son gentil mari. J’ai failli la qualifier de « tornade », mais il est des tornades sympathiques. Trixie, elle, a l’intention de bouleverser les habitudes des villageois, pour leur bien, et pour elle, tous les coups sont permis, y compris des manœuvres un peu hypocrites, tant que cela sert ses intérêts. Humilier les autres ne lui pose pas de problèmes, y compris son propre mari. Agatha Christie avait parlé, par la bouche de Miss Marple, du besoin qu’avaient certaines femmes de se dévouer aux autres – seulement elle montrait bien que ses femmes, finalement, trouvaient une sorte de confort en prenant soin des autres, mais ne les asservissaient absolument pas. Trixie, elle, est un peu atteinte du syndrome du chevalier : elle ne peut vivre que si elle sauve une personne en détresse, si elle parvient à lui faire adopter un mode de vie sain de manière extrêmement rigoureuse, sans que cette personne, finalement, n’ait son mot à dire, ne parvienne à garder son autonomie – une sorte de vampirisation.
Ses combats sont nombreux : contre le tabac, contre l’alcool, contre la malbouffe, pour la préservation de la nature et des animaux. A chaque fois, la méthode est radical, péremptoire, sans possibilité de négociation. Si elle secoue Angela Brodie, la femme du médecin, de sa torpeur, de sa dépression, presque, elle ne tarde pas à se mettre à dos plusieurs personnes dans le village, y compris Hamish MacBeth, qui a bien cerné sa personnalité.  Ce qui est étonnant n’est pas qu’elle se soit mis des personnes à dos, à force de faire manger du muesli fait maison au petit déjeuner et de bannir les animaux domestiques des maisons, mais que quelqu’un la déteste assez pour la tuer. Il est en effet un monde entre dire qu’on va tuer quelqu’un (le dire parfois soulage) et préméditer son geste.
Hamish enquête donc, enquête classique de voisinage, dans un village qui semble coupé du temps, avec ses femmes au foyer qui sont entièrement au service de leurs maris, qu’elles ont souvent épousé très jeunes, et qui se trouvent parfois un peu inoccupées quand les enfants ont quitté le nid. De plus, même dans ce coin des Highlands, on ne peut empêcher le progrès, et l’électroménager laisse du temps, pour manifester, pour lutter contre le tabac et l’alcool, comme au bon vieux de temps de la prohibition aux Etats-Unis. On trouve aussi des couples qui ne vont plus très bien après le passage de Trixie. Hamish ne peut que constater les dégâts, et espérer que la situation s’améliore pour certains. On notera aussi la présence d’un voyant, et si son côté escroc à la petite semaine n’est pas oublié – il ne force personne à consulter et à lui apporter de la nourriture en paiement de ses consultations, il est quand même montré que les prémonitions, oui, cela peut exister – et parfois vous sauver.
Curieusement, Hamish se détache de Priscilla dans ce volume, elle qui n’a de cesse de papillonner avec un autre. Elle reste son amie, uniquement, et lui se rend compte que l’enquête a plus d’intérêt pour lui que la belle jeune femme. Un comble, non ?
Un volume très réussi des aventures d’Hamish MacBeth.

10 réflexions sur “Hamish Macbeth, tome 4 : Qui a une taille de guêpe de MC Beaton

    • C’est différent ! Nous sommes au coeur des Highlands, donc déjà, le livre comporte de très belles descriptions. Puis, Hamish est un véritable enquêteur, véritablement bon, il ne trouve pas les coupables « par accident ».

  1. Pingback: Challenge Voisins Voisines 2019 – Billet récapitulatif – A propos de livres…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.