Du poison dans la tête de Jacques Saussey

Présentation de l’éditeur :

Elle a incliné le cou, le visage déformé par les flocons épais qui se déposaient déjà sur le carreau. Elle a cherché son regard à travers le verre qui s’opacifiait de seconde en seconde, mais les lunettes noires l’ont empêchée de le trouver. Alors, elle s’est détournée vers le pont et elle a commencé à marcher en direction de la gare, son manteau ouvert claquant sur ses jambes face au vent glacial. Dans la voiture, le son des feux de détresse rythmait sa progression comme le tic-tac d’une minuterie. Une femme qui arrivait en sens inverse s’est retournée sur elle. Elle a eu un temps d’arrêt, comme si elle doutait de ce qu’elle venait d’apercevoir. Il a vu un panache de vapeur sortir de la bouche de l’inconnue. Elle s’est figée d’horreur au moment où Myriam a laissé tomber son manteau dans la neige et a enjambé le parapet. Elle s’est précipitée vers elle en hurlant, mais il était trop tard. Après un dernier regard en direction de la voiture immobile, Myriam, entièrement nue, avait déjà sauté dans le fleuve.

Mon avis :

Merci à Netgalley et aux éditions French pulp pour m’avoir permis de découvrir ce livre en avant-première.
Ce livre est la huitième enquête de Daniel Magne et Lisa Heslin. C’est toujours bon à savoir pour les fans qui, j’en suis sûre, se précipiteront sur ce volume, parce qu’il est toujours agréable de retrouver une nouvelle aventure de ses héros. Il est non moins agréable de découvrir de nouveaux héros, même en prenant, comme moi, le train en cours de route.
Daniel et Lisa sont en couple, ils sont les parents adoptifs d’Oscar, qui a été abandonné, déjà grand, quatre ans plus tôt. Ils ont également une magnifique bergère allemande, Sham, très attachée à Lisa. Dis ainsi, cela pourrait vous faire penser à une vie de famille très classique. Mais le passé revient en force, de trois manières différentes, et cela fait beaucoup pour un seul couple, un seul service.
Lisa ne voulait plus que Daniel ait de secrets pour elle, il en aura un, quand un vieux camarade d’enfance, décédé, lui fait envoyer une boite contenant des effets qui lui rappellent leur dernière année de collège, l’année où Fanny fut assassinée – et l’assassin jamais retrouvé. Cold case à l’américaine ? Ce serait vraiment trop facile, parce que l’on ne travaille pas ainsi en France (la prescription existe, les dates de clôture de dossier quand un nouvel élément n’est pas trouvé aussi) et parce que les enquêteurs ont déjà beaucoup à faire avec les affaires encore en cours, les affaires pour lesquelles on peut encore trouver de nouveaux éléments. Pourtant, Magne ne renonce pas – quarante ans qu’il traîne ce poids sur le coeur, il ne va pas renoncer maintenant que quelqu’un lui rappelle le passé. Il en devient obsessionnel au point de presque oublier Lisa et Oscar.
Et pourtant, pendant ce temps, le passé se manifeste d’une autre manière. Oui, je sais, écrit ainsi, c’est presque mélodramatique. Pourtant, c’est presque rempli d’espoir qu’est cette partie, pour Oscar. Vous me direz que l’espoir et l’amour ont une drôle d’apparence. Pourtant, il illustre jusqu’où une mère peut aller pour son enfant – loin, vous vous en doutez, et c’est vraiment le fil conducteur de deux des intrigues qui composent ce roman.
La troisième ? Comme la première, elle illustre le titre du roman. Oui, c’est du poison, littéralement, que distille un homme dans le coeur d’une femme, au point de l’amener à se couper des autres, à se vider de toute sa personnalité, au point de disparaître complètement. Oui, de tels hommes existent, malheureusement, et si je n’en ai pas croisé personnellement, j’ai pu constater les ravages qu’ils peuvent entraîner. Je ne pense pas être la seule. Ce roman les pousse à son paroxysme, en nous montrant les conséquences pour les proches, mais aussi le mécanisme par lequel le prédateur (je n’ai pas d’autres mots) met sa proie sous son emprise – le genre des mots convient parfaitement à la situation.
Alors, Du poison dans la tête n’est pas un livre facile, aimable, un roman policier que l’on lit pour se distraire. Il nous montre un instantané de la société française, de la place aussi que l’on veut bien donner à certaines personnes – leur valeur diffère selon leur date d’arrivée sur le territoire – la manière dont les femmes peuvent être protégées ou pas – la violence n’est pas que physique, nous ne devons pas l’oublier, et elle est encore plus difficile, pour ne pas dire impossible à prouver.
Et s’il fallait conclure d’une phrase, je vous dirai : « un livre à lire si la société française contemporaine vous questionne ».

7 réflexions sur “Du poison dans la tête de Jacques Saussey

  1. j’ai lu quelques une des aventures de Daniel et Lisa il y a quelques années et je m’étais attachée à ces personnages. Je ne sais plus où je me suis arrêtée.. mais je vais peut être reprendre avec cet opus..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.