Pas d’erreur sur la personne d’Ed Dee

Edition Seuil _ 269 pages

Présentation de l’éditeur :

C’est à Kennedy Airport que Johnny Boy Counihan a été tué lors d’un hold-up qui a mal tourné. Détail surprenant, Le jeune homme portait la vareuse des policiers de New York. Pour les inspecteurs Joe Gregory et Anthony Ryan, le hold-up est bidon. Décidés à résoudre l’énigme, ils s’en remettent aux avis du grand-père de la victime, Vito Martucci, qui dit connaître le coupable et le pourquoi de son geste.

Mon avis ;

Je serai relativement brève : si j’avais commencé la lecture de la série par ce tome, je ne l’aurai jamais poursuivie. Par exemple, Joe Gregory est franchement antipathique dans ce tome, et personne ne l’empêche, parfois, de faire n’importe quoi. Je ne parle même pas des manquements à la loi, mais d’actes pas très moraux. Etaient-ils acceptables, à l’époque ? Il est toujours moyen de donner une humanité à ses personnages, et Joe, malgré ce qu’il découvre dans ce tome, en manque un peu. J’ai du mal aussi, avec ce thème des secrets de famille, ses femmes qui font un peu n’importe quoi dans leur vie privée, privilégiant la sécurité à la vérité. D’ailleurs, mis à part la femme d’Anthony Ryan, est-il une seule femme sympathique dans ce roman ? Non. Leigh fait d’ailleurs une apparition fugitive, dans son rôle de femme de flic, justement, soutien à son mari, désapprouvant son penchant pour l’alcool, étant toujours là pour le ménage, la cuisine, et l’aide. Les enfants ? Ils ont parti depuis longtemps et n’ont pas l’intention de revenir – être fliqué par son flic de père, non merci. Le père de Ryan est lui aussi parti loin de New York, pour la Floride, havre de paix des retraités.
Je me suis perdue dans l’intrigue, entre mafieux, anciens, nouveaux, policiers, anciens, nouveaux, retraités, et le meurtre d’un jeune homme qui portait le pardessus de son grand-père. Perdu, oui, et pourtant, j’ai trouvé l’intrigue lente, poussive, longue. Je ne me suis attachée à aucun personnage, puisque aucun d’entre eux n’était attachant. Le dénouements, les révélations finales arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe, et si Ryan a l’impression de s’être fait rouler, le lecteur se dit qu’il a été perdu en chemin, entre mafia italienne et IRA – ou comment opposer les communautés italiennes et irlandaises qui devraient aussi être, tout simplement, américain.
Bref, un livre que j’oublie au fur et à mesure de l’écriture. Il faut dire que je venais de lire Robicheaux de James Lee Burke, et c’est tout de même plusieurs crans au-dessus.

6 réflexions sur “Pas d’erreur sur la personne d’Ed Dee

  1. Pingback: Billet récapitulatif du mois américain 2019 | Plaisirs à cultiver

  2. Pingback: Bilan n°3 du challenge Polar et thriller 2019-2020 | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.