Borgo Vecchio de Giosué Calaciura

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de l’éditeur :

Mimmo et Cristofaro sont amis à la vie à la mort, camarades de classe et complices d’école buissonnière. Cristofaro qui, chaque soir, pleure la bière de son père. Mimmo qui aime Celeste, captive du balcon quand Carmela, sa mère, s’agenouille sur le lit pour prier la Vierge tandis que les hommes du quartier se plient au-dessus d’elle. Tous rêvent d’avoir pour père Totò le pickpocket, coureur insaisissable et héros du Borgo Vecchio, qui, s’il détrousse sans vergogne les dames du centre-ville, garde son pistolet dans sa chaussette pour résister plus aisément à la tentation de s’en servir. Un pistolet que Mimmo voudrait bien utiliser contre le père de Cristofaro, pour sauver son ami d’une mort certaine.

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Noir sur Blanc et Babelio pour ce partenariat.
Cette lecture, c’est l’histoire pour moi d’un échec, comme si une vitre s’était placée entre le texte et moi. Je suis restée totalement extérieure à ce texte. Ce n’est pas que je ne me suis pas attachée à certains personnages, c’est que l’inespoir m’a submergée. Non seulement la misère est partout, mais la solidarité n’est nulle part, ou si peu. Je me suis perdue dans le quartier, où la misère est partout, où le moindre geste d’amour d’une mère envers son enfant, c’est à dire de Carmela envers Céleste peut être, ailleurs, finalement considéré comme étant encore une forme de la maltraitance. Amour de cette prostituée superbe pour son enfant, sans aucune espérance pour son avenir. Dans quelques directions que l’on se tourne dans le quartier de Borgo Vecchio, à Palerme, il n’est que violence et sa corolaire, la douleur. Parce que la violence a des conséquences et je suis presque tentée de dire « forcément ».
D’ailleurs, au cours de cette écriture, je me suis demandée si le terme « tableau » ne convenait presque pas mieux que roman, tant l’auteur nous dépeint véritablement la vie de ce quartier, dans une langue qui crée un contraste fort avec ce qu’elle nous narre. En effet, cette écriture est toute en poésie, en lyrisme, en harmonie, tout au contraire de Borgo Vecchio. L’oeuvre est courte, oui, mais c’est largement suffisant pour utiliser toute la palette de la douleur et de la misère. Un roman où l’on parle peu, où l’on devrait parler, dire, pour empêcher certains faits, mais où l’on se tait, l’on garde pour soi, parce que l’on reste entre soi.
Borgo Vecchio, une oeuvre désespérée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.