Veggie tendance vegan de Charlotte Bousquet

Présentation de l’éditeur :

Chris est en terminale. Un adolescent normal, un peu rond depuis qu’il ne peut plus faire de sport, fan de fantasy, auteur de campagne de jeux de rôle et meilleur ami de Nadia. Il mange mal, ne s’entend pas très bien avec son petit frère, Jules, et ne pose aucun soucis à ses parents. Un adolescent lambda, sans problèmes (hormis son poids) et sans réelles convictions.
Jusqu’à l’arrivée de Mallory, la nouvelle. Une adolescente très engagée dans la cause animale. Elle slame en ce sens sur sa chaîne YouTube et agit parfois avec des amis pour libérer des animaux. Une princesse guerrière pour Chris.
Afin d’attirer son attention et de lui plaire, il décide de devenir végétarien. Il peut compter sur l’aide de Nadia pour tenir ses engagements. Des engagements qui deviennent de plus en plus profonds.

Merci aux éditions Rageot et à Netgalley pour leur confiance.

Mon avis/mon ressenti, comme vous voulez :

Je sens que je vais vous parler beaucoup de moi avant de vous parler de ce roman, ou plutôt vous parler de l’actualité, avec ses petites phrases des hommes politiques. La corrida est un « spectacle », une « tradition » – les exécutions publiques en étaient aussi. D’ailleurs, il est toujours possible, dans certains états américains, d’assister aux exécutions. Ah oui, pardon, on me dira que ce sont des animaux, pas des êtres humains, et que cela fait partie de l’économie locale. La corrida a été « importée » en France en 1853, l’économie locale a bien dû exister avant, elle pourra, logiquement, exister après. Puis, élever un animal dans le seul but de le torturer à mort est assez absurde. Autre argument de force des partisans de la corrida ou de la chasse : on ne force personne à y aller, à participer. Merci de ne pas forcer le taureau. Merci de ne pas forcer les personnes qui se promènent en forêt le dimanche à prendre une balle perdue. J’ai entendu aussi comme argument : « les toréadors sont des personnes particulièrement cultivées ». Si la culture pouvait être un rempart à la cruauté, cela se saurait !

Après ce paragraphe, je me plonge donc dans le vif du roman, et note au passage que ce sont les jeunes générations qui s’activent sérieusement pour l’écologie et l’antispécisme – j’espère qu’en prenant de l’âge, ils continueront à s’investir autant, et ne baisseront pas les bras face à des discours à visée moralisatrice et normative. Les réseaux sociaux, de ce point de vue, permettent d’asseoir ses convictions, de les partager, de s’informer. Ainsi Mallory, par le slam, par les vidéos qu’elle tourne, partage ses convictions, son combat. Sur le terrain, elle partage aussi les videos qu’elle trouve, celles que l’on voit de plus en plus grâce à des associations qui prennent des risques pour montrer une réalité que l’on n’a pas envie de voir, et elle entraîne avec elle ses camarades du lycée qu’elle a gagné à sa cause. Oui, là aussi, ses procédés peuvent sembler violents et moi-même je déteste me faire aborder dans la rue avec parfois énormément de maladresse (exemple disponible sur simple demande) mais nous sommes dans un roman, et ils participent à la construction des personnages, de leur révolte. Et Mallory est capable d’aller beaucoup plus loin que cela pour la cause qu’elle défend et d’assumer ce qu’elle a fait.

Il n’est pas que Mallory dans l’intrigue, il est d’autres personnages, et si j’ai commencé par elle, c’est parce que c’est elle qui ouvre le récit et entraîne les autres à réagir. Oui, le thème ne peut s’épanouir que parce que le cadre classique du roman d’adolescent est respecté. Chris, comme Mallory, est en terminal, l’année du bac, année charnière comme se plaisent à le répéter les adultes. Il est un geek, qui écrit des récits de fantasy, des jeux de rôles, il est très investi dans son écriture, sans négliger ses études pour autant. Il a un petit frère, Jules, avec lequel il ne s’entend pas très bien. Ses parents s’entendent plutôt bien, sont soudés, à l’écoute de leurs enfants, comme le montrera l’épreuve qu’ils devront surmonter au cours de l’année scolaire. Ils sont aussi ouvert à la discussion, ce qui n’est pas forcément toujours le cas. Il en est de même des parents de Nadia, la meilleure amie de Chris, qui conjuguent leur foi et le fait de vivre avec leur siècle. Nadia et Chris sont inséparables, toujours là l’un pour l’autre, et ils sont très sympathiques. D’autres amis font partie de leur cercle, montrant toute la diversité de la jeunesse d’aujourd’hui, jusque dans son dénouement.

Veggan tendance veggie – un livre engagé.

13 réflexions sur “Veggie tendance vegan de Charlotte Bousquet

  1. Oui, j’ai entendu parler aussi ce cette corrida où un politicien (politicienne) se trouvait… quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage et les gens, pour justifier cette cruauté, ont tous les arguments à la con possible.

    Je préfère celles qui ont lieu en Camargue, où on doit attraper « raser » les rubans sur le taureau, on ne le tue pas, il est un adversaire honorable et ne finira pas mort sur le sable, les yeux dans son sang.

    J’aime pas la barbarie, moi… et on dit des autres peuplades que ce sont des barbares ????

  2. J’avais repéré ce livre à sa sortie mais j’avais un peu peur qu’il soit trop culpabilisant et je n’ai pas osé, je ne suis pas assez armée psychologiquement en ce moment.

    Je suis d’accord avec toi sur les jeunes et l’activisme. On a peut taper sur eux dès qu’on peut, heureusement qu’ils sont là 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.