Trompettes et tracas de Katarina Mazetti

Présentation de l’éditeur :

C’est les vacances de la Pentecôte, et pour les cousins Karlsson, direction l’île de Grèbes ! Regine, la demi-soeur allemande de George, a décidé de les rejoindre. Mais en accostant, elle découvre un mystérieux colis dans son sac à dos. Qui a pu l’y glisser ? Serait-ce le paquet à l’origine de l’alerte à la bombe déclenchée à leur départ de Suède ? Et qui sont ces hommes qui circulent en barque autour de l’île à la nuit tombée ? Une nouvelle enquête pour les cousins Karlsson !

Mon avis :

Dans quel monde vit-on, je vous le demande un peu ! Non, je ne vous parle pas de ce monde dans lequel des cousins qui s’entendent bien vont en vacances chez leur tante, toujours débordante de projets divers et variés. Non, je vous parle de ce monde où l’on peut soupçonné une adolescente allemande d’être une terroriste, sous prétexte que quelqu’un, en difficulté, lui a mis un colis dans le sac, espérant qu’elle passe la douane sans problème. Ce ne fut pas le cas, et au terme d’une alerte à la bombe – bon prétexte pour s’enfuir, bon moyen de faire monter la tension et de mettre encore plus à cran les policiers. Oui, le climat n’est plus à l ‘insouciance.

Fort heureusement, les policiers chargés de l’enquête sont compétents – cela n’a pas toujours été le cas. Maya, l’enquêtrice, est secondé par l’inénarrable Karl Crayon, qui rêve de percer en temps que journaliste, non de végéter dans ce coin, et cette affaire de terrorisme qui n’en est pas une est pour lui une occasion en or. Il faut dire que l’île aux Grebes ne change pas vraiment, sauf à voir les nouveaux aménagements faits par Frida et Victor. Elle ne cesse d’attirer des personnes qui misent sur son calme, son isolement  – Frida y vit seule, est souvent absente, l’île est donc pratiquement inhabitée et ne cesse de susciter des convoitises. Quant aux quatre cousins, ce sont des adolescents, autant dire qu’ils ne pèsent pas lourds dans l’esprit des malfaiteurs – nommons-les ainsi, ce sera plus simple.

Ils grandissent, les chers enfants, ils font des projets d’avenir et vivent pleinement le présent. Leur situation évolue aussi : George a découvert l’existence de sa demi-sœur Régine, que vous pouvez voir sur la couverture en bas à droite. En Allemagne, elle préfère le sport à la littérature, elle n’est pas très bonne élève, la filière classique lui a donc été refusée. Georges vit mieux que sa mère sa présence – l’absence de son père ne l’a pas fait souffrir puisqu’il n’a jamais connu sa présence, et Régine n’est pour rien dans cet état de fait. Tant pis si cela choque certains lecteurs, il n’est pas d’âge pour accepter sereinement les faits. Une qui prend mal les choses, en revanche, c’est Bourdon ; elle n’est pas prête à partager son cousin Alex, dont Régine se retrouve proche. Grand débat à venir sur la jalousie ? Non, les autres cousins se rendent compte, ne jugent pas les sentiments de Bourdon, et ne la mettent surtout pas à l’écart – il n’y a pas d’âge pour faire preuve de bon sens. D’ailleurs, Bourdon, qui était une végétarienne forcenée, remange de la viande dans ce tome, et le débat sur le végétarisme est lancé. George pense en effet qu’être végétarien, c’est constamment, pas seulement quand on « connaît » personnellement la bête qui a fourni la viande, ou que l’on aime bien l’animal en question, ce sera trop simple. Sa demi-sœur l’appuie, le végétarisme progressant chez les jeunes allemands. Oui, un coup à couper l’appétit, mais il est intéressant de voir de vrais échanges d’idées dans un livre jeunesse.

De même, se pose également la question de la place des femmes. L’enquêtrice en est une. Les garçons veulent protéger les filles dans ce tome – dans une autre histoire, cela s’arrêterait là. Dans celle-ci, Julia rappelle qu’elles sont tout à fait apte à se défendre, les seules membres de la famille Karlsson à repousser les ennemis sont Bourdon accompagnée de son célèbre chat et Regine, grande boxeuse. Eux-même sont pris à leur propre piège quand on leur annonce l’arrivée du colonel, qui travaillera avec leur tante Frida : aucun ne pense qu’un colonel peut être une femme.

Ce neuvième tome des cousins Karlsson sait renouveler la série sans perdre ce qui a fait son succès.

10 réflexions sur “Trompettes et tracas de Katarina Mazetti

  1. Pingback: Premier bilan du challenge Thriller et Polar 2019-2020 | deslivresetsharon

  2. Pingback: “Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 11] – Muti et ses livres

  3. Pingback: Bilan n° 2 du challenge polar et thriller 2019-2002 | deslivresetsharon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.