Fanny Cloutier : L’année où j’ai failli rater ma vie par Stephanie Lapointe

Présentation de l’éditeur :

Fanny Cloutier est une jeune fille de quatorze ans qui perd tous ses repères le jour où son père, pour des raisons professionnelles, décide de l’exiler chez sa tante. En plus de devoir déménager et de changer d’école, elle découvre que son père lui avait menti jusque-là en affirmant qu’elle n’avait plus d’autre famille que lui. Et s’il lui a menti à propos de sa tante, ne l’aurait-il pas aussi fait au sujet du décès de sa mère, survenu lorsqu’elle avait trois ans ?

Merci à Netgalley et aux éditions Kennes pour ce partenariat.

Mon avis : 

Un journal ? Non, un objet créatif, de par la volonté de l’éditeur. Même en édition numérique, tout fait preuve de créativité, que ce soir les couleurs, le graphisme, les illustrations. Et si Fanny utilise le format sms, parfois, cela ne jure pas avec l’ensemble tant ils sont insérés avec originalité dans le texte.

Ce livre nous montre l’incroyable capacité d’adaptation des enfants, même adolescents, et les difficultés que les adultes peuvent avoir à faire face . Fanny a beau partir loin de Montréal, rien ne change vraiment sous le soleil, chaque établissement scolaire a ses élèves chouchous, ses perturbateurs, ceux qui sont pris en grippe, mis à l’écart, sans oublier les professeurs psycho-rigides et ceux qui ne manquent pas d’idées pour faire passer leur enseignement. Fanny n’est pas partie seule : son furet l’a accompagnée, et c’est plus compliqué pour sa tante Lorette que pour Fanny de vivre avec un tel animal.

C’est aussi l’une des premières brèches dans la vie bien protégée de Fanny. Il est plusieurs moyens pour tenter de préserver son enfant. Couper les ponts avec le passé est celui qu’avait choisi son père, même si cela incluait de lui mentir. Fanny effectue un retour dans le passé, auprès de personnes qu’elle ne connait pas, mais qui ont bien connu sa mère, les circonstances de sa disparition, et n’ont aucune raison, et bien, de ne rien lui dire. J’ai eu l’impression que le monde des adolescents et celui des adultes était deux mondes différents. D’un côté, il y a ceux qui savent, peuvent ne pas dire, voire mentent pour se préserver, de l’autre les enfants qui doivent faire avec et se contenter de ce que l’on veut bien leur dire. Fanny se montre plus mûre que son père sur certains points, même si certaines révélations ont été dures à encaisser. Tout finit toujours par se savoir, même en prenant toutes les précautions. Bref, un livre qui peut autant en apprendre aux adultes, qu’aux jeunes lecteurs.

 

4 réflexions sur “Fanny Cloutier : L’année où j’ai failli rater ma vie par Stephanie Lapointe

  1. Pingback: “Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 11] – Muti et ses livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.