Archive | 11 mai 2019

Mon désir le plus ardent de Pete Fromm

Présentation de l’éditeur :

Maddy s’était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu’elle, encore moins avec un guide de rivière. Mais voilà Dalt, et il est parfait. À vingt ans, Maddy et Dalt s’embarquent dans une histoire d’amour qui durera toute leur vie. Mariés sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming, devenus tous deux guides de pêche, ils vivent leur passion à cent à l’heure et fondent leur entreprise de rafting dans l’Oregon. Mais lorsque Maddy, frappée de vertiges, apprend qu’elle est enceinte et se voit en même temps diagnostiquer une sclérose en plaques, le couple se rend compte que l’aventure ne fait que commencer.

Mon avis :

Si vous aimez les vraies histoires d’amour, ce livre est fait pour vous. Attention ! je ne parle pas des bluettes, des romances, de ces morceaux de vie intense. Non, je vous parle d’une histoire d’amour batie sur la durée, sur toute une vie – et justement, il faut savoir ce que l’on veut dans la vie. Et Maddy, vivre avec un garçon de son âge, guide de rivière, ce n’était pas du tout son projet de vie. On ne peut pas lutter contre l’amour, on ne peut pas lutter contre l’envie de partager sa vie avec la personne que l’on aime, surtout quand c’est son « désir le plus ardent ».

Alors oui, l’histoire aurait dû se passer entre le Wyoming et la Mongolie, si ce n’est que la maladie s’est invitée dans ce qui aurait pu être une histoire des plus ordinaires et les mène dans l’Oregon – elles restent ordinaires, par certains côtés, puisque Dalton et Maddy vont essayer de vivre le plus normalement du monde, même si tout peut devenir une aventure, comme aller au cinéma en famille ou manger des petits pois. La maladie n’évolue pas toujours comme on le voudrait ou le penserait.

Le roman, très abouti, ne nous fait pas croire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Il faut vivre, il faut s’accrocher, et parfois, tout l’amour est juste suffisant pour tenir, pour faire face, pour faire croire aussi que tout ne va pas si mal que cela, pour que l’autre ne s’inquiète pas.

Un très beau roman.