Archive | 27 avril 2019

Agatha Raisin enquête, tome 15 : Bal fatal par M.C. Beaton


Présentation de l’éditeur :

Au cours de cette nouvelle enquête, la détective Agatha Raisin est chargée de découvrir qui menace de mort la fille de la riche divorcée Catherine Laggat-Brown. Avec l’aide de son fidèle ami sir Charles Fraith, elle tente de résoudre la première grosse affaire de sa nouvelle agence de détectives.

Mon avis :

Autant vous le dire tout de suite, ce quinzième tome est à mes yeux un des meilleurs de la série. Agatha Raisin a enfin ouvert une agence de détective et celle-ci marche très bien ! Certes, il lui faut parfois effectuer des enquêtes « de routine », comme retrouver un animal perdu ou trouver les preuves d’un adultère, mais globalement, ce nouveau métier l’enchante, elle a engagé du personnel, et parfois, des affaires singulières se présentent, comme ce père qui préfère retrouver sa voiture plutôt que son fils, ou cette femme qui engage Agatha parce que sa fille, bientôt mariée, est menacée de mort. La menace est d’ailleurs mise à exécution, et après cette tentative ratée, il ne reste plus à Agatha qu’à enquêter.

L’action ne manque pas dans ce volume. L’action, et l’introspection : Agatha se remet en cause, et se rend compte à quel point l’amitié est précieuse, au point de vraiment donner du sien pour préserver ses amitiés. Les exemples en seront nombreux dans ce roman, dans lequel elle ne cesse de se démener, pour trouver la vérité. Elle ne cesse aussi d’être menacée : jamais nous n’avons été aussi prêts de perdre Agatha Raisin ! Il faut dire qu’elle a vraiment un don pour se bien entourer, et oublier, parfois, les précautions les plus élémentaires.

Féministe, Agatha Raisin ? Oui, même si elle passe son temps à tomber amoureuse, et ne parvient pas toujours à oublier James.  Pourtant, elle reste indépendante et aide certaines des femmes qu’elle croise à se libérer d’une relation toxique. Oui, il n’est pas toujours facile d’aller porter plainte, oui, un homme qui vous bat un jour peut vous battre à nouveau et ne s’arrêtera pas. Il est des femmes qui laissent les hommes qui partagent leur vie leur imposer leur point de vue – cela leur épargne aussi de réfléchir. Il est aussi des femmes, comme la douce Mrs Bloxby, qui respecte l’opinion de leur mari et agisse cependant comme elle l’entende : Agatha reste son ami, quoi qu’en dise son mari.

Ce quinzième tome montre Agatha en action, Agatha vieillissante, mais aussi sir Charles et son cher Gustav, Roy, ou encore les chats d’Agatha, dont elle prend grand soin.

Bienvenue au Mordret’s Pub, tome 1 de Cloé et Tatiana Duc

Présentation de l’éditeur :
Quels lâches ! Jamais Naola n’aurait pu imaginer que ses parents puissent agir ainsi. Elle ne peut plus rester avec eux. Elle ne peut plus leur faire confiance. Pas après ce qu’il s’est passé, pas après ce qu’ils ont fait.Déçue mais déterminée, la jeune sorcière décide de fuguer et échoue aux Halles Basses, le quartier le plus mal famé de Stuttgart, la capitale de la fédération des Enchanteurs. L’endroit parfait pour se faire oublier. Très vite, Naola se rend compte qu’elle détonne dans ce repère de mercenaires et de vampires.Mais elle n’a pas le choix, si elle veut démarrer une nouvelle vie loin de ses parents, elle doit travailler  ! Il n’y a qu’un micro-détail à régler  : comment dénicher un emploi dans un endroit pareil  ?
Merci à Netgalley et aux éditions HLAB pour ce partenariat.
Mon avis :
Soyons claire, nette et précise : c’est la couverture qui m’a attirée quand j’ai découvert ce livre. Elle est singulière, et le contenu est singulier également
Oui, il est courant, surtout depuis Harry Potter, qu’un roman se situe dans un univers magique. Il l’est moins que les auteurs ne prennent pas des pages et des pages pour nous présenter à quoi ressemble cet univers, alternant description et explication. Oui, Naola vit dans un monde magique, elle connaît le mode d’emploi de ce monde, et y vit parfaitement, ou presque, du coup, c’est au lecteur de se fondre à son tour dans cet univers.
Après tout, Naola a une très grande faculté d’adaptation, pour une adolescente qui a grandi de manière choyée, protégée, et une très grande impulsivité aussi. Après l’événement dont elle a été témoin chez ses parents, elle quitte leur domicile sur ce qui peut sembler un coup de tête et mettra tout en oeuvre pour conserver cette indépendance. Autant dire que ce n’est pas facile.  Elle est un peu coléreuse, cette Naola, elle s’emporte facilement, a le verbe assez haut – quand on travaille pour un vampire, c’est sans doute mieux.
Autre point fort de ce livre : l’ambivalence des personnages. Tout n’est pas tout blanc, tout n’est pas tout noir, et surtout, l’on ne sait pas sur qui s’appuyer, ni ce qu’il va advenir, quelles alliances vont se nouer, ou pas, qui va trahir, ou pas.
Un premier tome très intéressant.