Archive | 20 avril 2019

Les confidences d’Arsène Lupin de Maurice Leblanc

Mon résumé :

Neuf nouvelles mettent en scène Arsène Lupin, qui se livre à des confidences.

Mon avis :

J’aurai pu enfin lire 813 – je ne l’ai pas fait pour des « raisons personnelles » et ne le ferai peut-être jamais. 813 est pourtant à mes yeux l’oeuvre la meilleure mettant en scène Lupin, la plus sombre, la plus désespérée. Il paraît qu’à côté, ses neuf nouvelles sont plutôt joyeuses, du moins plus légère. Mouais.

Commencez dans l’ordre et lisez « Les jeux du soleil » – vous ne serez pas déçu. Vous verrez un pauvre baron, ruiné par sa femme que les polices de France, que dis-je, les polices d’Europe pourchassent, sans parvenir à l’attraper. Mais vous découvrirez surtout le sort fait aux femmes – ou comment plier un cadavre dans un coffre-fort. Vous préférez les cadavres bien allongés ? Alors lisez l’écharpe de soie rouge, dans lequel Jenny Saphir a été étranglée avec son écharpe : son meurtrier convoitait son saphyr et ne l’a pas trouvé. Oui, nous sommes loin de la tonalité de la célèbre série télévisée.

dénominateur commun de toutes les nouvelles : la position des femmes est fragile, dépend de leur fortune, ou de leur absence de fortune. Si Louise d’Ernemont (Le signe de l’ombre) ou Jeanne Darcieux (la mort qui rôde) peuvent compter sur un Arsène Lupin pour leur rendre leur fortune ou leur sauver la vie, si l’héroïne de L’anneau nuptial le saluera toujours, quoi qu’il arrive, parce qu’il lui a rendu son fils, combien, dans la réalité, n’ont pas eu cette chance ? Beaucoup.

Si « Edith au cou de cygne » montre l’ingéniosité de Lupin, le « piège infernal » le dessert presque, et ne le montre pas sous un très bon jour. Quant à « Le fêtu de paille », il tranche avec les autres nouvelles, parce que la présence de Lupin tranche avec l’intrigue – l’on découvre cependant, si on ne le savait pas déjà, qu’en étant pauvre, on allait plus facilement en prison pour pas grand chose.

Je terminerai quand même en précisant que j’ai une petite préférence pour le personnages de Ganimard. Certes, il ne parvient jamais à arrêter Lupin, mais il fait preuve d’une finesse de raisonnement qui en fait un adversaire à la hauteur de Lupin, ne l’oublions pas.