Archive | 16 avril 2019

L’Inconnue de l’équation de Xavier Massé

Présentation de l’éditeur :

Quatre heures. La police n’a que quatre heures pour démêler ce qui ne semblait être au départ qu’un simple drame familial : un couple, Juliette et François, retrouvé carbonisé, leur fils, Julien, gisant au sol. Deux salles d’interrogatoires, deux témoins de la tragédie : la mère de François et une flic déjà présente sur les lieux. Deux versions, deux visions différentes. Accident, meurtre, ou vengeance ?
Une toile d’araignée va se tisser peu à peu et d’une simple énigme va surgir une équation… aux multiples inconnues.

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier Joël, des éditions Taurnada, pour sa confiance : j’ai pu lire ce livre en avant-première, il paraît le 16 mai.
Époustouflant, détonnant, voici deux adjectifs qui pour moi caractérisent ce livre. J’ai été absolument bluffée par la construction de son intrigue. J’ai été totalement happée par le récit.
Comme les enquêteurs, nous connaissons les faits bruts : deux morts, un enfant en urgence absolu. Deux témoins, la grand-mère, dans un état de sidération, et une policière, arrivée sur les lieux dans des circonstances qui restent à éclaircir. Les enquêteurs les auditionnent chacune de leur côté, et tentent de démêler ce qui a bien pu survenir.
Pas de redites : les deux interrogatoires s’enchaînent avec logique et fluidité, au point que l’on peut se demander ce qui a pu clocher. Puis, des détails, insidieusement, viennent nous questionner, presque rien, tout le monde peut se tromper après tout, ou ne pas tout retenir. Mais, là, une ombre se glisse sur le tableau, une incertitude, et elle ne lâche pas le lecteur.
Surtout, l’on plonge dans le passé de ce couple, et l’on découvre que ce n’est pas le premier acte violent qui l’a secoué. Alors oui, bien sûr, cela peut étonner que la grand-mère et l’enquêtrice en sachent autant sur François et Juliette – surtout sur François, qui s’est beaucoup confié à sa mère et à l’enquêtrice. Mais il est justement intéressant de lire ce récit par ouï-dire, ce récit modalisé : nous ne savons que ce que la grand-mère et la policière savent, et encore ne savent-elles pas tout, peut-être même ne savent-elles pas la vérité, voire même la dissimulent-elles. Rester sur le qui-vive à la lecture est plus intéressant que se laisser aller béatement à la lecture d’un page turner. D’ailleurs, je tiens à préciser qu’il vaut mieux être prévoyant(e) si vous commencez à lire ce livre parce que je n’ai pas pu le lâcher une fois que je l’ai commencé – et pourtant, je n’étais partie que pour lire un chapitre ou deux.
En bref, c’est à nouveau une publication des éditions Taurnada hautement recommandables.

Réveil difficile – mardi 16 octobre 2015

Bonjour à tous

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un roman qui a été un coup de cœur, mais avant cela, je voulais dire quelques mots sur l’événement qui fait que j’ai eu beaucoup de mal à m’endormir hier soir : l’incendie de Notre-Dame de Paris. Je ne me vois pas récrire sans en parler.

Parce que je me suis dit que, peut-être ce matin, je me réveillerai et que la cathédrale serait effondrée.

Alors, bien sûr, dès hier soir, les commentaires négatifs fusaient sur les réseaux sociaux – oui, la bêtise crasse ne prend pas de vacances.

Notre-Dame de Paris, c’est notre histoire. C’est un monument qui, contrairement à « ma » cathédrale (Rouen) n’a pas été touché lors de la seconde guerre mondiale, c’est une cathédrale dont la cloche (Rouen, encore) ne s’est pas effondré sur son parvis.

Aujourd’hui, nous sommes en 2019, et nous oublions que nos monuments, même en cours de restauration, sont fragiles. Ne l’oublions pas.