Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

Présentation de l’éditeur :

Sibylle Delombre est une collégienne ordinaire. Enfin, si l’on considère qu’il est ordinaire de décorer sa chambre avec des ossements, des peluches chauves-souris, des schémas de dissection et des grimoires. Oui, Sibylle aime bien l’étrange et le mystère. Ainsi, elle a de quoi se réjouir lorsque sa mère lui propose de l’accompagner pour débarrasser un vieux château. Mais tous les objets bizarres qu’elle rêvait d’y découvrir ne sont rien en comparaison de la splendide poupée en robe noire, aux cheveux argentés comme un clair de lune, qu’elle trouve dans une chambre et qu’elle s’approprie aussitôt, séduite par sa beauté vénéneuse. Et si les cauchemars qui se mettent alors à hanter les nuits de Sibylle avaient un lien avec elle ? Et si cette poupée, aux yeux violets, au regard aussi triste que cruel, n’était pas inoffensive ? Quel terrible secret renferme l’effroyable porcelaine ?

Mon avis :

Que signifie être normal ? Vous avez deux heures pour définir le concept. A l’heure où tous les adolescents veulent à tout prix se fondre dans le moule, Sibylle affirme sa singularité chez elle mais aussi au collège, n’hésitant pas à prendre la défense de Philémon, garçon par ordinaire également : il deviendra son meilleur ami, son confident. Point positif : sa mère ne voit aucun inconvénient à ce que sa fille cultive sa différence, elle l’entoure d’amour et trouve cela normal : première définition de ce qu’est la norme, être soi, vraiment, et peu importe ce que pensent les autres.

Dans le château que la mère de Sibylle est chargée de vider, l’adolescente tombe sous le charme d’une poupée hors-norme, qu’elle a le droit de ramener chez elle et de garder, sauf si les anciens propriétaires s’aperçoivent qu’ils auraient dû l’emporter. A peine la poupée est-elle dans sa chambre que des phénomènes paranormaux débutent, et Sibylle, qui se sentait très bien dans sa peau, ne se sent plus très bien. Elle a cependant le réflexe d’appeler son meilleur ami, plus sensible que ses proches à ces phénomènes, à la rescousse.

Le thème de la poupée ensorcelée n’est pas nouveau, c’est la manière dont il est traité qui est original. Se greffe même à l’intrigue un thème très contemporain, très bien amené dans l’intrigue. Il questionne, il nous questionne, ce thème, et si la situation n’est pas facile à vivre aujourd’hui (même si mes élèves trouvent cela « simple », spécial dédicace pour eux), elle l’était encore moins avant. La norme, toujours la norme.

J’ai aimé aussi la façon dont le thème du « fantôme » était traité, sans chercher à théoriser ce qu’est un fantôme  – non, Philémon et Sibylle le savent, ils vont donc faire de leur mieux, avec inventivité aussi, pour l’apaiser.

Un livre de littérature jeunesse horrifique à partager.

 

4 réflexions sur “Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

  1. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 6] – Muti et ses livres

  2. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 7] – Muti et ses livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.