Archive | 11 mars 2019

La tribu des Zippoli par David Nel-Lo


Présentation de l’éditeur :

Guillem déteste la lecture mais, tous les mercredis, sa classe se rend à la bibliothèque. Il choisit une fois un très vieux livre intitulé La Tribu des Zippoli, même s’il sait bien qu’il n’ira pas au bout*.* Mais l’ouvrage s’avère être magique : en l’ouvrant, Guillem se rend compte que le narrateur s’adresse directement à lui pour raconter l’histoire. Et ce n’est pas tout : quand son frère ou sa mère lui empruntent le livre, l’histoire qu’ils lisent est différente. Grâce à celui-ci, le garçon découvre le plaisir de la lecture et la confiance en soi. Un hommage à Italo Calvino.

Mon avis :

Ce livre est drôle, tendre mais (et oui, le mais arrive vite) je me demande ce que des enfants, de jeunes lecteurs qui n’aiment pas vraiment lire, penseraient de ce livre. Dans ces cas-là, je ne peux interroger qu’une lectrice : moi, il y a trente ans. Oui, j’arrive très bien à me projeter et à retrouver Nina, en classe de 6e.

– Je n’aime pas.
– C’est un peu court.
– j’aime lire. Je ne sais pas rédiger des avis comme le demandait notre première professeur de français, avec le résumé, les thèmes, les sous-thèmes, les caractéristiques des personnages. Donc Guilhem, que l’on veut forcer à lire des livres qui sont bons pour lui – et en une semaine encore ! je peux le comprendre.
– Mais tu n’as pas aimé que le livre s’adapte à chaque lecteur, et lui offre, finalement, l’histoire qu’il a envie de lire.
– Mouais. J’ai trouvé cela aussi frustrant que si l’on te faisait goûter une boucher de gâteau et que l’on te disait : ah, non, il n’y en aura pas d’autres. Bon, d’accord, ce n’est pas d’une bouchée, c’est plutôt une bonne part. J’aime bien aller au bout des choses, lire un livre de deux cents pages d’une traite en deux heures montre en mai – c’est d’ailleurs un de mes critères de choix pour mes lectures du samedi après-midi – là, non, je fais des pauses sans arrêt parce que je ne parviens pas à plonger dedans. Puis, les intrigues secondaires, avec la bibliothécaire (personnage que j’ai oublié très rapidement) et sa nièce Maria.
– Tout de même, la bibliothécaire ressemble plus à une ogresse, voire à une sorcière, qu’à une bibliothécaire.
– Pas faux. Mais je l’ai tout de même vite oublié. Je préfère les romans plus classiques, comme ceux de Simenon ou d’Agatha Christie. Puis, rendre hommage à Italo Calvino…
– Oui, ce n’est pas un auteur jeunesse !
– Donc tu ne le recommanderais pas ?
– Ah, si, à de très bons lecteurs ! Mais pas à ceux qui n’aiment pas lire.
Pas mieux.