L’odeur du jour de Danielle Martinigol

Présentation de l’éditeur :

Je m’appelle Lili et je suis une flaireuse. Au réveil, je sens l’odeur du jour. Celle qui me dit si je vais passer une bonne ou une mauvaise journée. Ce matin, une puanteur de cauchemar m’assaille. Quelque chose d’horrible s’est produit, c’est sûr. Je ne tarde pas à comprendre quoi : ma prof préférée a été tuée. Et là, surprise : Angie, le « démon » du lycée, prend ma défense quand je fonds en larmes. Elle me dit combien elle aimait notre prof elle aussi. Qu’elle non plus n’accepte pas les explications qu’on nous donne. Que toute cette affaire est louche. Alors on va mener notre enquête. Quitte à suivre les indices laissés par ces deux garçons étranges que nous semblons être les seules à voir…

Merci à Netgalley et aux éditions Hachette pour ce partenariat.


Mon avis :

Un seul mot : bravo ! pour ce roman inclassable et attachant.
Lili, tous les matins, sent « l’odeur du jour », qui lui annonce si la journée sera bonne ou pas. Ce matin, l’odeur annonce le pire, et il arrive : sa professeure de français, à laquelle elle est très attachée, meurt dans un attentat. Cette mort la rapproche curieusement d’Angie le « mouton noir » de sa classe, qui elle aussi appréciait beaucoup leur professeur. Toutes les deux, elles veulent en savoir plus, sur la mort mais aussi sur la vie de leur professeure. Il faut dire que les deux jeunes filles sont les seules à voir deux adolescents à peu près de leur âge. Qui sont-ils, eux qui semblent des fantômes d’une autre vie ?
Oui, il est une dimension fantastique dans ce roman policier, discrète, légère, elle ne doit pas nous faire oublier que ce roman est ancré dans notre société. Beaucoup de romans nous parlent du mal être des adolescents. Peu nous le montre de manière éclatante, avec ses conséquences. Beaucoup de romans nous parlent de drames, de tragédies, ils poursuivent rarement dans l’après, comment les personnages qui l’ont vécu ont fait pour survivre, réapprendre à vivre, retrouver une vie, leur vie, malgré les blessures physiques et morales. Ce roman nous montre aussi des histoires d’adultes, des jugements d’adultes aussi – parce qu’il est facile de donner son avis, de condamner, même quand on croit tout connaître, au nom de « l’intérêt des enfants ». Etre parents, c’est aussi s’interroger dans quel monde on veut élever ses enfants. Et parfois, il faut aller au bout de ses convictions, ce qui ne signifie pas avoir recours à la violence, ne confondons pas. Il est bien d’autres manières, heureusement, d’être en accord avec ce que l’on pense.
Ne pas renoncer, c’est également ce que font Angie et Lili, même si leurs actions peuvent paraître bizarres aux yeux de leurs proches. J’aurai aimé passer encore un peu de temps avec elles.

4 réflexions sur “L’odeur du jour de Danielle Martinigol

  1. Pingback: Le mois du polar 2019, c’est ici | deslivresetsharon

  2. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 6] – Muti et ses livres

  3. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 7] – Muti et ses livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.