Archive | 1 janvier 2019

Voeux de madame Cobert

Chers louveteaux

Je vous souhaite à tous une bonne année 2019.
Oui, je sais que monsieur le directeur devait prononcer ces vœux, mais il est « indisponible » et a précisé que c’était son nouveau prénom. Vous avez jusqu’à la rentrée scolaire pour comprendre le message contenu dans cette déclaration.
Je vous souhaite la santé parce que, faites-moi confiance, vu les évaluations que nous avons prévues d’ici les prochaines vacances, vous allez sacrément en avoir besoin.
N’oubliez pas de travailler votre sens de l’orientation : le nombre d’élèves encore incapable de trouver ma salle au bout de quatre mois, c’est tout de même préoccupant.
Je serai sympa, je ne parlerai pas du chant, la vidéo de notre dernier concert est disponible – sans le son, afin de ne pas choquer les âmes sensibles.
Je tiens à remercier mes élèves qui m’ont offert un cadeau pour la fin de l’année. Deux fois cette année, cela se fête !
Non, je ne regrette pas 2018 sur un plan personnel. J’espère simplement que celui qui est toujours en vie en cette fin d’année le sera encore en décembre 2050. Oui, je vise large, l’optimisme, c’est possible. C’est la moindre des choses face à quelqu’un qui ne se plaint pas, qui ne veut pas que l’on dise qu’il est courageux, et qui est capable de me fournir l’adresse d’un salon de thé sympa alors qu’il sort d’une séance de chimio. Oui, j’ai réfléchi : devais-je laisser ces phrases dans mes vœux ? Oui. Parce qu’il est important de ne pas se laisser dicter par… le regard des autres ? la bienséance ? ce qui compte vraiment à nos yeux. Puis, c’est lui qui m’a appelé pour me souhaiter une bonne année et bon courage avec mes charmants louveteaux, alors… je lui rends la pareille devant vous !
Sur ce, je vous laisse et vous dis à bientôt au pensionnat
Madame Sharon Christine Georgette Cobert.