Sherlock Holmes, Lupin et moi, tome 2 : dernier acte à l’opéra

Présentation de l’éditeur :

Septembre 1870. Sherlock Holmes, Arsène Lupin et Irene Adler sont ravis de se retrouver à Londres après leur été mouvementé à Saint-Malo.
Mais une fois sur place, Lupin n’a pas le coeur à la fête. Et pour cause, son père, Théophraste, est accusé d’avoir assassiné le secrétaire d’un célèbre compositeur.
Quand Ophelia Merridew, la fameuse cantatrice disparaît à son tour, c’en est trop pour les trois amis qui se jurent de trouver le coupable coûte que coûte.

Mon avis :

Cette deuxième enquête suit presque immédiatement la première, et prend place pendant la guerre de 70. Oh, fort peu de temps, mais suffisamment pour qu’Irène, devenue adulte, juge sans concession sa vie de l’époque. Après tout, elle n’était qu’une jeune adolescente que ses parents voulaient protéger, une jeune fille issue d’un milieu aisé, qui regardait les autres jeunes filles qui passaient leur temps à s’ennuyer, en prenant le thé et en conversant de manière distinguée. Il se trouve cependant que monsieur Adler voulut mettre sa fille unique à l’abri, et décida donc de partir pour Londres, avec domestique et bagages – madame Adler ne souhaitait pas quitter son domicile, de peur des pillages.
Londres, cela signifie retrouver Sherlock Holmes. Cela signifie aussi retrouver Arsène, parce que la troupe de son père s’y est rendue. Se trouve aussi une cantatrice vedette qui a annoncé ses adieux auquel Irène va assister.
Ce qui n’était pas prévu, c’est que l’assistant du compositeur qui l’a rendue célèbre soit assassiné. Ce qui l’est encore moins, c’est que Théophile Lupin soit arrêté pour l’assassinat de ce jeune homme, et que le voile sur ses activités illicites soit levé. Arsène, seul, devient aussi, avec ses deux amis, le seul défenseur de son père – avec son avocat, mais en plus efficace.
L’enquête mène les trois jeunes gens dans les bas fonds de Londres, dans les quartiers où personne ne s’aventure, et dont les habitants n’ont qu’une envie : s’en aller, mais sans perdre sa dignité. C’est une leçon que reçoit Irène, elle qui a tout, de la part de ceux qui veulent s’en sortir sans avoir recours à des expédients, des aides, bref, en gardant la tête haute, en conservant des amis à qui ils ne doivent rien – matériellement.
L’enquête nous mène aussi dans les coulisses de l’opéra, nous fait découvrir ceux qui y travaillent, et ceux qui en ont assez d’y travailler.
Le récit est rondement mené, et nous permet d’en découvrir un peu plus sur ce cher Horatio Nelson, presque en retard dans ce tome 2. L’on découvre aussi qu’Irène, finalement, veut bien en savoir plus sur les autres, mais se refuse à voir, à entendre, certains faits qui la concernent. Peut-être en saura-t-on plus dans le tome suivant.

6 réflexions sur “Sherlock Holmes, Lupin et moi, tome 2 : dernier acte à l’opéra

  1. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 3] – Muti et ses livres

  2. Pingback: Sherlock, Lupin et moi, Dernier acte à l’opéra | Thé, lectures et macarons

  3. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 4] – Muti et ses livres

  4. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #8 [Bilan 5] – Muti et ses livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.