Archive | 17 décembre 2018

La sentinelle de l’ombre de Robert Crais

Présentation de l’éditeur :
Dans la jungle urbaine de Los Angeles, Joe Pike et Elvis Cole enquêtent sur ce qui semble n’être qu’une banale affaire issue de la guerre des gangs.
Attiré par l’une des victimes, la séduisante Dru, Joe Pike se met en tête de débusquer le parrain local pour la sauver. Mais l’affaire se transforme en traque sanguinaire et la belle se révèle moins ingénue que prévu…

Mon avis :

Une enquête d’Elvis Cole et Joe Pike qui s’articule presque exclusivement autour de Pike, cela vaut le coup d’être signalé. En effet, il a fallu cent quarante pages avant qu’Elvis n’apparaisse dans le récit. Déjà, l’oeuvre avait commencé avec un chapitre – une prologue plutôt – dont on ne trouvera réellement l’explication que bien des pages plus loin. Pike, pour une fois, se trouve accomplir une action on ne peut plus banale : faire le plein d’essence. Il assiste à une agression, et, n’écoutant que son sens de la justice, il intervient et tombe, un peu, sous le charme de Dru, la jeune femme. Fait étrange, son oncle minimise les faits et ne veut pas porter plainte. Pas de vague, surtout pas de vague. Y aurait-il des problèmes de rackett, un gang serait-il derrière cette agression ? Pike mène son enquête, interroge ses contacts, rencontre des personnes pas très fréquentables, sans pouvoir empêcher la disparition (l’enlèvement ?) de la jeune femme et de son oncle.

Si seulement l’affaire était aussi simple qu’elle le paraissait ! S’il ne s’agissait que d’un enlèvement ! Elvis Cole maîtriserait le sujet. Seulement, plus on avance dans le récit – sur les pas de nos deux enquêteurs, plus l’on se rend compte qu’il ne faut pas se fier aux apparences (première règle de tout bon enquêteur) et qu’il faut surtout être très attentif aux moindres détails qui s’offrent à vous. Ne serait-ce que pour éviter une masse d’ennui, quelques blessures pour les proches, et des choses pas jolies jolies.

Une enquête solide et réussie.