Archive | 16 décembre 2018

Un moindre mal de Joe Flanagan

édition Gallmeister – 480 pages

Présentation de l’éditeur :

Cape Cod, 1957. Dans cette petite communauté tranquille, une série de meurtres d’enfants paralyse la population. Une famille disparaît dans d’étranges circonstances, un homme se fait violemment tabasser et refuse de dénoncer ses agresseurs. Le lieutenant Warren, de la police locale, découvre la difficulté de mener à bien son enquête dans un service corrompu. Sa position devient intenable quand arrive dans la région Stasiak, officier légendaire de la Police d’État aux pratiques douteuses. Destitué de ses dossiers, Warren comprend vite que résoudre ces affaires n’est pas ce que recherche ce flic brutal et manipulateur. Pourtant il ne peut rester en retrait de ce chaos, au risque d’y perdre sa place, sa réputation et peut-être beaucoup plus.

 

 

 

 

 

Mon avis :

480 pages. Autant vous dire que, quand je l’ai commencé, je savais que cette lecture me prendrait du temps. Je me suis trompée, il ne m’a fallu que deux sessions de lecture pour le terminer. Il fallait seulement que je trouve la meilleure manière de rédiger ma chronique. Je n’ai pas opté pour l’originalité, j’ai opté pour la sincérité.

Ce qui m’a plu ? Le personnage du lieutenant Warren. Il est un des rares policiers intègres de Cape Cod – je dirai en fait qu’ils sont deux. Warren est un homme rare dans cette petite communauté fermée. Pour lui, toutes les affaires méritent d’être traitées. Toutes. Y compris quand la boutique des deux seuls hommes ouvertement homosexuels est régulièrement cambriolée et que toute la police s’en moque – sauf lui. En effet, il est des faits plus graves que des cambriolages à répétition chez des personnes que l’on a choisi d’ignorer ouvertement/superbement, en espérant qu’un jour, ces deux hommes se décident à comprendre qu’ils ne sont pas les bienvenus dans cette petite communauté.

Oui, il est des faits plus graves, j’en demeure d’accord, sauf que – lapalissade – la police se doit d’enquêter sur toutes les infractions et que la sus-dite police a bien du mal à trouver une piste en ce qui concerne cette série de meurtres d’enfants. Je suis d’ailleurs partagée quant à leur manière d’enquêter. Sont-ils tous aussi incompétents qu’ils en ont l’air ? Ou s’agit-il simplement de la corruption qui les empêche de mener une enquête correctement ? C’est vrai : quand on est très occupé à se remplir les poches et à couvrir ses arrières en causant le minimum de dégâts pour soi, et le maximum pour les autres, on ne peut pas sérieusement se pencher sur la mort de jeunes garçons.

Puis, n’ayons pas peur du sujet. Ces jeunes garçons ne semblent pas vraiment appartenir à des familles aisés. Cape Cod, en 1957, c’est un mélange, entre les personnes qui commencent à s’enrichir grâce à l’expansion économique américaine, et ceux qui n’ont pas encore été touchés, simples pêcheurs, membres de la communauté désargentée, sans oublier les parents d’enfants différents. Le lieutenant Warren est de ceux-là, lui dont le fils Mike est « attardé ». Sa mère est partie un jour, et n’a même pas prétexté l’achat de cigarettes. Prendre soin de son fils est l’une des préoccupations, pour ne pas dire la préoccupation principale du lieutenant, et cela passe par le fait de payer une école, privée, qui puisse prendre soin de lui, de trouver quelqu’un qui prenne soin de lui quand les horaires du lieutenant sont distendus, mais aussi de trouver l’argent pour que son fils reste, en dépit des tourments, dans cette école. N’oublions pas non plus que les enfants différents sont des cibles faciles pour les moqueries, les persécutions. Aujourd’hui, l’on affirme vouloir tout mettre en œuvre pour mettre fin au harcèlement – affirmation pas toujours suivie d’effet, il faut aussi avoir le courage de le reconnaître. En 1957 ? Trop facile de s’en prendre aux plus faibles.

Je ne vous ai pas encore parlé de l’adversaire du lieutenant, le dénommé Stasiak. Il est un héros, il arrive auréolé de ses faits d’armes à Iwo Jiwa. Il a démantelé à lui tout seul un réseau de mafieux. Il est forcément l’homme de la situation et dispose de suffisamment de complices, pardon, d’hommes qui lui sont dévoués et de supérieurs qui sont tout prêts à lui accorder leur confiance puisqu’il sait si bien dissimuler certaines choses qu’il peut tout se permettre. Il n’est sympathique à aucun moment, si ce n’est, peut-être, et encore, quand l’on évoque ses parents. Autant dire que ce n’est qu’un moment fugace au cours de ses 480 pages. Son parcours illustre cependant un adage que j’ai fait mien : il ne faut pas déléguer les tâches véritablement importantes. Le lieutenant Warren, lui, ne peut guère se le permettre puisqu’il est quasiment seul. Stasiak aurait dû être un peu plus scrupuleux sur le choix de ses auxiliaires, et le roman aurait basculé autrement. Joe Flanagan, pour un premier roman, connaît bien les codes du roman noir et sait satisfaire les attentes de ses lecteurs.

Il est cependant des personnages auxquels je me suis attachée, comme ces prêtres, ces religieuses, qui effectuent leur tâche avec humilité, ferveur parfois et prouvent qu’il ne faut surtout pas se fier aux apparences.