Archive | 12 décembre 2018

Féroce de Danielle Thiéry

Présentation de l’éditeur :

Une enquête du commissaire Edwige Marion.
Un inconnu suit une petite fille. Il l’observe comme un animal. Il la veut, il l’aura.
Des ossements sans têtes sont découverts au zoo de Vincennes dans l’enclos des lions. Des enfants. Alix de Clavery, la criminologue de l’OCRVP, fait immédiatement le lien avec la jeune Swan, dont la disparition au zoo de Thoiry six ans auparavant continue à l’obséder. S’agit-il du même prédateur ? Alors que les forces de l’Office sont mobilisées pour démanteler une filière pédophile, les voilà atteintes en plein coeur : l’adjoint de la commissaire Marion est retrouvé inconscient, les mains en sang, et une brigadière a disparu. Mais le pire est encore à venir. Une alerte enlèvement est déclenchée : il s’agit d’une petite fille…
De l’homme ou l’animal, on ne sait qui est le plus féroce.

Mon avis :

J’aimerai vous dire que ce thriller est soft, doux, facile à lire. Pour la dernière caractéristique, c’est vrai, mais uniquement parce que le récit qui nous est raconté est prenant, comme tous les romans de Danièle Thiery que j’ai lu jusqu’à présent.
Ce roman, c’est l’histoire d’une enquête qui n’a jamais été vraiment refermée, puisque l’enfant disparu n’a pas été retrouvé. Le fait qu’un corps, un squelette plutôt, soit retrouvé sur les lieux mêmes où l’enfant a été vu en vie pour la dernière fois n’est pas vécu comme une simple coïncidence – forcément – même si d’autres enfants ont disparu, aussi. Dans un récit qui se veut réaliste, tout n’est pas aussi simple que dans un épisode de séries télévisées.
Ajoutons à cela que la commissaire Marion subit, à nouveau, les conséquences d’une ancienne blessure, si bien qu’elle est contrainte, de s’écarter un peu de l’enquête. Bien sûr, ce n’est pas vraiment ce qu’elle fera, le mot « raisonnable » ne fait pas vraiment partie de son vocabulaire. Surtout, les mauvaises nouvelles s’accumulent : un de ses hommes est gravement blessé, une jeune recrue ne rejoint pas son poste, et une nouvelle affaire débute, puisqu’une petite fille est enlevée. Si vous ajoutez que des activistes anti-zoo manifestent ardemment, et que la brigade tente de démanteler un réseau de pédophilie, vous comprendrez qu’une jolie enquête linéaire ne sera pas de mise, maintes lignes vont s’entrecroiser puisque les enquêteurs devront mener de front toutes ses affaires, parfois de manière assez discrète – qui a bien pu s’attaquer à l’adjoint du commissaire ?
Ce que je vais dire n’est pas forcément très original : concilier des problèmes personnels lourds et enquêter n’est pas facile, c’est faisable à condition d’être constamment sur le pont, pour ne pas dire effectuer un vrai travail d’équilibriste. Mention spécial pour la criminologue Alix de Clavery, capable de garder son sang froid et son cap en toutes circonstances.
Nous plongeons aussi, il ne faut pas l’oublier, dans le monde des zoos, dans leur économie, leur fonctionnement. Nous sommes loin d’une image lisse et aseptisée de ce lieu dans lequel quasiment tous les enfants se sont rendus un jour.
Féroce, un roman policier très réussi.