La soeur de Judith de Lise Tremblay

édition Boréal – 166 pages.

Présentation de l’éditeur :

Chicoutimi-Nord, les années 70. L’été sera long. Il y a bien Judith, la meilleure amie. Il y a aussi Claire, la sœur de Judith, la plus belle fille de la ville. Mais il y a surtout cette mère qui « explose » tout le temps, qui ne laissera pas sa fille épouser le premier venu et qui est prête à tout pour que ses enfants ne soient pas des ignorants.

Mon avis :

J’ai découvert cette auteur au cours du festival América. Ce qui m’a attiré ? La couverture ! Elle me rappelait une certaine vision des années 60.
Nous y sommes presque, après tout. Les années 70 débutent, c’est la guerre au Vietnam, on en parlera, un peu, à la fin du roman. La narratrice, c’est Judith, une toute jeune adolescente qui va dans une école tenue par les soeurs – les soeurs partiront bientôt. Sa mère, qui « explose » fréquemment, veut le meilleur pour elle,  la meilleure éducation qui soit pour qu’elle puisse choisir la vie qu’elle veut, épouser un homme qui ne soit pas un ouvrier – menace latente que l’on retrouve aussi dans La Place d’Annie Ernaux. En attendant, la narratrice vit par procuration le rêve de Claire, la grande soeur de Judith, qui participe à un concours pour devenir danseuse et accompagner un chanteur en tournée – la plus belle fille de la ville est en bonne place. Elle est fiancée au fils d’un médecin, et il n’est guère que la mère de la narratrice pour n’avoir aucune illusion sur les véritables projets matrimoniaux du jeune homme, et l’influence que sa famille peut avoir sur lui.
Ce que nous vivons à travers ce livre, c’est véritablement un moment de la vie de la narratrice, une transformation, pas seulement parce qu’elle change d’établissement scolaire, mais parce qu’elle perd une amitié, celle de Judith, qui s’éloigne peu à peu d’elle.
Au cours de cet été, chacun réorganise sa vie. Le lecteur comprend, à mots couverts, ce qui se passe dans certaines maisons. La mère de la narratrice ne brode pas, non, elle dit la vérité au sujet de la vie de Lisette, son amie d’enfance, elle ne dit pas tout, parce que tout n’est pas dicible.
Oui, la modernité fait irruption dans ce Québec des années 70. La modernité, ce peut être des vêtements qui ne conviennent pas aux religieuses, parce qu’ils sont trop à la mode. Ce peut être un roman de Françoise Sagan. Ce peut être aussi un couple qui vit ensemble sans être marié – et non un couple qui se marie parce que la jeune femme est enceinte.
La soeur de Judith – ou une rafraîchissante tranche de vie.

6 réflexions sur “La soeur de Judith de Lise Tremblay

  1. Pingback: Mon bilan de Quebec en novembre et perspective pour Décembre Nordique | deslivresetsharon

Répondre à isallysun Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.