Archive | 25 novembre 2018

Les prénoms épicènes d’Amélie Nothomb


Edition Albin Michel – 162 pages.

Mon avis :

Fan d’Amélie Nothomb, passez votre chemin, mon avis ne va pas vous plaire.  Merci aussi de ne pas me dire que je ne l’ai pas compris : un avis est forcément personnel, et j’ai pu voir dans un roman des choses que vous n’avez pas forcément vu, et vice-versa.
Quand j’ai commencé à lire le livre, prêté par un ami, je me suis étonnée de la vitesse à laquelle j’ai tourné les pages. Quoi ? Si vite ? Il faut dire que l’intrigue est vraiment conçue à l’économie. Comme dans Le crime du comte Neville, ce roman parle des rapports père/fille – sauf qu’ils sont bien différents. Claude, le père, hait sa fille, et nous ne saurons que très tardivement pour quelle raison il la hait depuis sa naissance. Les thèmes du romans sont là : la haine et la vengeance.
Cependant, le roman m’a semblé bien vide, pour ne pas dire creux. Il est constitué essentiellement de dialogues, jeu de l’esprit, ou transcription du vide des personnages. L’utilisation des dialogues est d’autant plus intéressante que les personnages oublient de se dire des choses essentielles. Dominique oublie de parler à son patron de son fiancé et des circonstances de leurs rencontres, tout comme son patron ne l’interroge pas sur son fiancé – parce que cette jeune fille si effacée n’aurait pas répondu aux questions. Epicène oublie de renouer le contact avec celle qui fut son amie pendant des années, elle oublie de lui dire qui était vraiment son père – des mots haineux de celui-ci ont suffi à briser cette amitié. Je pourrai citer d’autres exemples, je me concentrerai plutôt sur les grands-parents, ceux de Dominique, qui ne posent jamais de question, quoi qu’il arrive. Ce peut être une qualité, mais à ce point-là, ne pas demander à sa fille pourquoi elle les a laissés sans nouvelle pendant quinze ans, cela frôle dangereusement l’indifférence, pour ne pas dire la négligence.
En lisant le livre, je me suis souvent demandé ce qu’un autre romancier aurait pu faire avec un tel thème. Autre chose, bien sûr, mais surtout j’aurai aimé que certains faits soient approfondis, ne serait-ce que le choix d’un prénom épicène pour Claude et Dominique – indifférence, encore une fois, pour les parents ? Le prénom leur plaisait-il ? J’aurai aimé aussi que les lieux soient davantage caractérisés. Que l’on soit dans la ville de province où a grandi Dominique, que l’on soit à Paris, l’on pourrait presque être ailleurs, tant les rues, les appartements, les écoles et collèges se ressemblent. Je vous passe également quelques clichés, sur le champagne, le parfum, ou l’amitié. Quelques répliques mordantes, par ci, par là, merci à la professeur de latin. Bref, j’ai lu des avis très enthousiastes sur ce roman mais, pour ma part, je suis très vite passé à un autre livre.