Boccanera de Michèle Pedinielli

Présentation de l’éditeur :

Si l’on en croit le reste de l’Hexagone, à Nice il y a le soleil, la mer, des touristes, des vieux et des fachos. Mais pas que. Il y a aussi Ghjulia – Diou – Boccanera, quinqua sans enfant et avec colocataire, buveuse de café et insomniaque. Détective privée en Doc Martens. Un homme à la gueule d’ange lui demande d’enquêter sur la mort de son compagnon, avant d’être lui-même assassiné. Diou va sillonner la ville pour retrouver le coupable. Une ville en chantier où des drapeaux arc-en-ciel flottent fièrement alors que la solidarité envers les étrangers s’exerce en milieu hostile… Au milieu de ce western sudiste, Diou peut compter sur un voisin bricoleur, un shérif inspecteur du travail, et surtout une bonne dose d’inconscience face au danger.

Mon avis :

J’ai lu ce roman presque d’une traite – c’est dire à quel point je l’ai apprécié.
Bien sûr, ce serait facile de dire que c’était une lecture facile puisque je l’ai lu aussi facilement. Il n’en est rien.
Déjà, l’héroïne est hors norme. Si les femmes flics sont déjà peu représentées dans la littérature policière, que dire des femmes détectives privées ? Que dire aussi des femmes qui ont atteint la cinquantaine, et qui ont fait le choix – définitif – de ne pas avoir d’enfants, sans se justifier à tout bout de champs. Elle est restée proche de son ex-mari, policier, qui a mis fin à leur mariage pour cette raison, justement. Son travail de détective privé n’est pas toujours très exaltant, entre routine et opération franchement ennuyeuse. Seulement, l’affaire qui se présente à elle est différente. C’est Dan, son colocataire, oiseau de nuit, qui lui a trouvé ce client. Point positif : Diou n’a aucun préjugé, contrairement à d’autres enquêteurs, et le fait que Dorian veuille faire toute la lumière sur la mort de son compagnon, assassiné au cours d’un jeu érotique qui a mal tourné selon la police, est tout à fait dans ses cordes. Problème – et de taille : Dorian est assassiné à son tour, visiblement par le même assassin. Encore un jeu sexuel qui aurait mal tourné ? Les clichés ont désormais la vie dure, mais c’est tellement facile de foncer dans la première piste qui se présente !
Ce que j’ai aimé, c’est, en plus de la personnalité de Diou, la galerie de personnages haut en couleurs qui entoure la détective. Il y a Jo, son ex-mari, toujours prêt à l’aider, même s’il conserve sa mentalité d’enquêteur de police. il est aussi ses héros du quotidien, qui, tel monsieur Amédée d’un bon coup de marteau vous envoie un agresseur au tapis, voire au-delà. Il est des personnes aussi qui naviguent entre les deux, ni bons, ni réellement mauvais comme le frère de la seconde victime.
Et si le véritable personnage, c’était la ville de Nice, avec ses vieux quartiers, ses rues où il est parfois difficile de circuler, ses habitants et ses magouilles aussi ? Nice est au coeur de l’intrigue, qui n’aurait pu se passer ailleurs. Elle nous rappelle aussi qu’elle n’est pas loin de la frontière italienne, et qu’il est des personnes, humaines (ce n’est pas toujours un pléonasme) qui pensent à aider autrui.
Boccanera – un roman haut en couleurs qui vous plaira à condition de ne pas être frileux.

9 réflexions sur “Boccanera de Michèle Pedinielli

  1. Pingback: Bilan #6 du challenge Polar et Thriller 2018-2019 | deslivresetsharon

  2. Pingback: Challenge Polar et thriller : le bilan de Sharon. | Nunzi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.