Le droit du sang de Marcia Clark

Présentation de l’éditeur :

Le premier tome de la série de thrillers judiciaires de Marcia Clark, la célèbre procureure du procès d’O.J. Simpson. Samantha Brinkman est avocate spécialisée dans les affaires criminelles à Los Angeles. Ambitieuse, elle est à la tête de son propre cabinet et travaille d’arrache-pied pour faire partie des meilleurs. Lorsqu’elle est embauchée pour défendre un inspecteur de police accusé du meurtre d’une star de la télévision, Samantha voit ce procès ultra-médiatique comme l’affaire de sa carrière. N’écoutant que son intuition et peu soucieuse de respecter les règles, elle se lance dans une enquête effrénée pour tenter de gagner son procès. Mais une révélation terrible vient confirmer les doutes de Samantha quant à l’innocence de son client… Parviendra-t-elle à aller au bout du procès malgré tout ? Et si l’inspecteur était en réalité un dangereux sociopathe ?

Merci à Netgalley et aux éditions Amazon crossing pour ce partenariat.

Mon avis :

Il n’est jamais facile de dire que l’on n’a pas aimé un livre que l’on a lu en partenariat. Mais c’est ainsi : j’ai lu ce livre en entier, et je ne l’ai pas apprécié. La cause ? Le dénouement, oui, le tout dernier chapitre qui, alors que je sentais que le roman se trouvait sur une pente glissante. Certes, je suis curieuse de voir comment l’auteure exploitera ce « penchant » dans les tomes suivants – pas au point de lire la suite.
Pourtant, des éléments m’avaient intéressée dans cette intrigue. Nous voyons non pas l’enquête mais la préparation du procès du point de vue de la défense, qui n’a pas l’obligation de fournir des preuves, mais d’entretenir un doute raisonnable. L’auteur est une ancienne procureure, puis elle est devenue chroniqueuse judiciaire, autant dire qu’elle connait les rouages de la justice, et la manière qu’ont certains de la contourner.
Samantha Brinkman est de ceux-là. Avocate, elle a bien du mal à maintenir à flot son cabinet. Aussi accepte-t-elle de défendre un policier accusé d’un double meurtre – dont celui de sa compagne. Il n’est pas question de plaider coupable, non, mais de l’innocenter, surtout qu’un retournement de situation la place encore plus dans une situation compliquée, où l’échec n’est pas permis.
L’intérêt du roman est de montrer, finalement, comment la défense travaille réellement, de manière très différente de ce qui existe en France, ou de ce que l’on aperçoit dans les séries télévisées américaines. Cela donne envie de poursuivre la lecture, ne serait-ce que pour savoir jusqu’où certains sont prêts à aller. Les journalistes ne sont pas non plus épargnés, à la chasse au scoop, tous les coups sont permis – aussi.
Le droit du sang, un roman qui met en scène des personnages inquiétants, à tous les niveaux.

8 réflexions sur “Le droit du sang de Marcia Clark

  1. Pingback: Bilan #4 du challenge polar et thriller 2018 | deslivresetsharon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.