Tout est possible d’Elizabeth Strout

édition Fayard – 296 pages.

Présentation de l’éditeur :

La petite ville d’Amgash, dans l’Illinois, est en émoi. Lucy Barton, fille de la ville devenue écrivain à succès, exilée à New York depuis de longues années, vient de publier un livre sur sa jeunesse. Le récit de son enfance, pauvre et solitaire, provoque chez les gens d’Amgash des réminiscences, des questions et des révélations. Un jour, Lucy Barton en personne fait irruption à Amgash après dix-sept ans d’absence. Les retrouvailles de Lucy avec les siens sont l’occasion d’instants âpres, mais beaux – comme si la douleur de la fuite et la rancœur s’étaient dissipées en un instant.

Merci aux éditions Fayard et à leurs attachés de presse pour ce partenariat.

Mon avis :

J’ai souhaité lire ce livre parce que j’avais beaucoup aimé Je m’appelle Lucy Barton et que ce livre apparaît comme son prolongement. Nous ne retrouvons pas Lucy tout de suite, non, nous la retrouvons des années après, alors qu’elle est une écrivain reconnue, qu’elle donne des conférences, et que ses livres ont un retentissement jusque dans la petite ville de l’Illinois où elle a grandi.
Autant Je m’appelle Lucy Barton était un roman avec une seule narratrice, qui nous emportait dans son passé et se confrontait avec sa mère, autant Tout est possible est un roman polyphonique qui nous raconte la vie de ceux qui ont côtoyé Lucy et la famille Barton, qui nous raconte comment ils ont construit leur vie – ou pas.
Paradoxe : les Barton, en dépit de ce qu’ils ont vécu, sont restés ensemble, mari et femme, en dépit de tout ce qui était vécu au quotidien au sein de cette famille de laissés pour compte du rêve américain. Pete vit, plus ou moins bien, dans sa vie natale, Vicky, qui n’a rien oublié de ce qu’elle a vécu, travaille, a une fille, a bon espoir que celle-ci s’en sorte – et parte, comme Lucy avant elle. Ce qu’ils ont vécu étant enfant s’inscrit dans leur chair, dans leur psychisme, dans leur difficulté aussi à avoir des relations sociales.
Partir ? D’autres l’ont fait, volontairement ou pas. Je pense à Charlie, qui a fait « la guerre », celle dont les jeunes ne connaissent même plus l’existence. D’autres, des femmes essentiellement, ont fait le choix de quitter leur mari, que leurs filles soient grandes ou pas – les sorories sont plus nombreuses que les fratries.
Les points de vue se suivent dans chacun des chapitres, que l’on peut presque lire comme autant de nouvelles, cependant l’action progresse d’un chapitre à l’autre, comme le temps qui passe. Ils nous permettent de voir, de revoir les personnes que nous avons déjà entendues, de découvrir leur proche, en une vie qui est bien différente de celles que l’un des narrateurs nous a décrite. Chacun s’approprie sa vie comme il veut.
Au coeur du livre, ce qui est habituellement caché, à savoir la sexualité. Les couples sont seuls au monde, ou oublient qu’ils ne le sont pas. Ce n’est pas l’impudeur d’un couple qui vit pleinement son amour, c’est le fait d’imposer aux autres sa sexualité. Pourquoi ? Pour prouver qu’on est (encore) capable d’en avoir une, en une démonstration de supériorité, pour choquer l’autre, le soumettre, parce qu’il est vu comme une chose docile et incolore ? Plus encore que la sexualité, c’est le rapport aux corps des autres qui détonnent, corps que l’on n’ose pas toucher, même en un contact affectueux (Pete et Lucy), corps que l’on ne touche plus, même pour un geste de tendresse (Mary Mumford et son premier mari), corps jugé trop gros, trop maigre, corps que l’on vêtit selon des codes que l’on ne maîtrise pas, corps qui est proche de nous et que l’on désire.
En fond narratif, se tient l’enfance, à laquelle on revient toujours, et le fait d’avoir été pas assez ou mal aimé – quand il ne s’agit pas de maltraitance pure et simple comme dans le cas des Barton. Les Jolies Nicely ne se remettent pas forcément du fait que leur mère ne les a pas assez aimés pour rester quand même avec leur père. Que ne ferait-on pas, après, par crainte de l’abandon ? Angelina Mumford est déchirée entre son amour pour son mari et celui qu’elle porte à sa mère. Patty choisit celui qu’elle va aimer, ou du moins soutenir dans les moments difficiles.
Il arrive que le corps se venge aussi – ce n’est pas un hasard si Mary Mumford, avant de quitter son mari, a eu deux alertes sérieuses qu’elle n’a pas vu venir. Le corps peut aussi céder, en un trop plein de fatigue, un trop plein de tout, et de tendresse aussi éprouvé pour ses proches. Je serai bien rester encore un peu plus longtemps avec les habitants d’Amgash, mais la fin, qui m’a semblé pleine d’espoir parce que pleine d’une certaine solidarité, est une conclusion assez optimiste à ce roman.

Publicités

5 réflexions sur “Tout est possible d’Elizabeth Strout

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.