Archive | 18 octobre 2018

Meurtre à la sauce cajun de Robert Crais

Présentation de l’éditeur (raccourcie par mes soins) :

Jodi Taylor, vedette de la télévision, charge le détective privé Elvis Cole de retrouver ses véritables parents qu’elle n’a jamais connus.

Mon avis :

Comme vous pouvez le constater, je lis beaucoup de romans de Robert Crais en ce moment, parce que j’ai découvert un pouvoir relativement divertissant à ses intrigues et à ses enquêteurs. Les critiques s’enchaînent donc sur le blog, sans soucis de « diversification littéraire ». J’ai un peu zappé la lecture du manuel « comment devenir un blogueur qui a une vaste audience », l’important est le plaisir de lire et le plaisir d’écrire – toujours – sinon, à quoi bon tenir un blog ?

L’intrigue, au départ, semble simple : Elvis doit retrouver les parents biologiques d’une actrice en vue, une star de série télévisée. Pas très compliqué, il l’a déjà fait. Elle ne veut pas grand chose, simplement connaître leur identité, et aussi ses antécédents médicaux. J’ouvre une parenthèse : ceux qui vantent les vertus de l’accouchement sous x et du secret, du droit de la mère, oublie que les enfants sont ainsi privés d’éléments importants pour se construire. Ce n’est pas glamour, ce n’est pas romantique, mais c’est une réalité à laquelle Jodi (telle est son prénom) est confrontée.

Elvis Cole part donc enquêter en Louisiane – état dont est originaire Robert Crais. Il découvre le Sud, sa chaleur, ses spécialités culinaires. Il rencontre aussi une charmante avocate, engagée par Jodi, qui a déjà entrepris des démarches pour elle et passe maintenant le relais à Elvis – c’est ce qui se passe quand les voies légales ne sont plus envisageables.

Ce qu’il découvre ? La charmante hospitalité des gens du Sud. Surtout, il découvre qu’un autre détective est déjà sur l’affaire, qu’il est discret comme un éléphant dans une bourgade de Louisiane et qu’il est bien plus avancé que lui sur l’affaire. Oui, Elvis Cole ne s’embarrasse pas toujours avec la légalité, mais visiter sans son accord le bureau d’un confrère, n’est-ce pas une collaboration professionnelle d’un autre genre ?

Nous sommes déjà presque à la moitié du roman, nous avons eu des révélations, certaines franchement inattendues et… toujours pas de Joe Pike à l’horizon ! Oui, il commençait à me manquer sérieusement, d’autant plus que les adversaires d’Elvis Cole sont assez particuliers ! C’est avec bonheur que je l’ai vu arriver – et avec lui, les choses bien plus sérieuses, bien plus dures. Nous sommes en Louisiane, et si le passé de certains personnages n’est pas glorieux (vous avez dit racisme ?) le présent d’autres résidents est bien douloureux. On n’est plus simplement dans la recherche des origines, mais dans l’exploitation qui peut en être faites… Un classique, que le chantage – ce que le maître chanteur cherchait à cacher l’est moins.

Oui, meurtre à la sauce cajun est un polar bien ficelé, qui fait passer, à nouveau, de bons moments de lecture tout en montrant une réalité douloureuse. Il s’agit aussi pour le lecteur de se rappeler aussi que ce qui nous est montré dans ce livre est malheureusement tout à fait crédible.