Archive | 28 septembre 2018

L’ange traqué de Robert Crais

Présentation de l’éditeur :

Détective privé à Los Angeles, Elvis Cole reçoit un jour la visite de la belle Jillian Becker et de son patron, Bradley Warren : le manuscrit de l’Hagakure, ou Code du samouraï, que Warren s’apprêtait à exposer dans l’un de ses hôtels de luxe, a disparu. Cole comprend vite que son employeur n’est pas aussi innocent qu’il y paraît. Il y a trop de yakuzas parmi ses amis et le FBI les a tous, depuis longtemps, sous surveillance. Pas assez pourtant : la fille de Bradley Warren, Mimi, est enlevée au nez et à la barbe du détective…

Mon avis :

Elvis Cole est un très bon détective, c’est à dire qu’il n’a pas besoin nécessairement d’un client en plus pour boucler sa fin de mois. Tout va très bien, je vous remercie. Aussi quad Bradley Warren le prend de haut, de très haut, d’encore plus haut quand il l’engage, et bien Cole met les choses au point très vite. Détective, oui, larbin, non. Précisons que l’affaire concerne un vol, et qu’il n’y a pas mort d’homme – pas encore, suis-je tentée de dire.

En effet, les menaces s’accumulent, et elles se trouvent mises à exécution. Je n’irai pas jusqu’à dire que personne n’avait rien vu venir, du moins rien de ce qui se passe pour Elvis Cole et pour la famille Warren. Cole ne va alors plus seulement enquêter, il va chercher à comprendre comment il a pu être dupé ainsi – si j’ose dire.

Ce n’est que la deuxième enquête que je lis, j’ai l’impression que ce n’est pas la meilleure, justement parce que certains rebondissements arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe. Certains personnage se réfugient dans leur passé, en oubliant justement qu’il est derrière eux et qu’ils ne peuvent le recréer – même s’ils essaient. Ils sont là, personnages secondaires à la périphérie de l’intrigue principale.

Que nous raconte-t-elle, d’ailleurs, cette intrigue principale ? L’histoire du vol d’un code de samouraï ? Une histoire d’amour contrarié ? L’histoire d’une famille en train de se déliter sous le coup de secrets qui n’en sont peut-être pas ? Où se trouve la vérité ? Beaucoup de questions pour ce titre, et pas toujours les réponses attendues – comme Cole, le lecteur reste un peu dans l’attente, sur sa faim. Je tiens tout de même à préciser que j’aime toujours autant le personnage de Pike, qui comprend, dans cette enquête, plus finement les motivations d’un des protagonistes que Cole.

Une lecture agréable, certes, mais pas inoubliable.