Alex a la mémoire qui flanche de Claire Delille

Présentation de l’éditeur :

Les mecs, ça aime le foot et la bière. Les filles, le shopping et les comédies romantiques. Alex, lui, aime le maquillage, La La Land, son amie Zia et parfois même porter des jupes ou des talons hauts. Responsable d’une rubrique de relooking au Girls Only, il cherche, à ses heures perdues, la perle rare, celle qui l’acceptera tel qu’il est. Lorsqu’il se réveille à l’hôpital, complètement désorienté, sa vie prend une tournure inattendue. On lui a tiré dessus et un homme est mort ! Le commissaire Bernardin de la PJ de Lille est sur les dents. Alex est le seul à pouvoir identifier le meurtrier. Le hic, c’est qu’il ne se souvient plus du tout de ce qui s’est passé…

Mon avis :

Le livre, sa couverture, tout pourrait vous sembler léger, divertissant, si ce n’est que dès les premières pages, l’on apprend qu’Alex, qui assume particulièrement ses différences, s’est fait tirer dessus et qu’un commissaire de police anglais a eu moins de chance puisqu’il est mort.
Roman policier, oui mais aussi roman psychologique : Alex, qui a partiellement perdu la mémoire, se prend son passé en pleine face. L’on découvre son parcours, ce qui fait qu’il a pu se construire tel qu’il est devenu, mais aussi des souvenirs qu’il avait soigneusement enfoui dans les replis de sa mémoire. Le récit nous renvoie ainsi régulièrement dans son passé, dans la construction d’un enfant qui avait des goûts différents, loin des clichés de ce qu’un garçon est censé être. J’ai l’impression que l’on est plus tolérant avec une fille, qui a le droit de s’habiller, de se coiffer comme un garçon, alors que si c’est le contraire… La levée de bouclier n’a pas lieu que dans ce roman. Se construire, c’est aussi s’opposer – aux autres. Faire accepter ses choix. Ce n’est ni facile, ni drôle, et le lecteur, pendant ce récit, se retrouve véritablement à la place d’Alex.
Et pendant ses réminiscences, la vie, l’enquête, continuent : tout danger n’est peut-être pas écarté puisqu’Alex devrait être en mesure d’identifier le ou la coupable – ne soyons pas sexiste, les femmes tuent aussi. Il a la chance d’avoir des amis qui prennent soin de lui, dont Zia, héroïne du volume 1 de ses enquêtes, personnage secondaire au caractère bien trempé, et à la vie sentimentale plus organisée que celle d’Alex. Chacun sa façon de vivre sa vie amoureuse, je suis davantage versée vers les personnages qui veulent être optimistes, se faire confiance et faire confiance à leur avenir (comme Zia) que ceux qui se projettent déjà dans une future rupture avec énumération des motifs possibles, sous forme de clichés : la vie n’est jamais telle qu’on l’attend, et une partie du dénouement, en forme de réconciliation avec le passé d’Alex, nous le prouve assez.
Essayez donc cette forme littéraire, déjà illustrée par Janet Evanovitch : la romance policière.

6 réflexions sur “Alex a la mémoire qui flanche de Claire Delille

  1. Pingback: Bilan #3 du challenge polar et thriller session 2018 | deslivresetsharon

  2. Pingback: Bilan #6 du challenge Polar et Thriller 2018-2019 | deslivresetsharon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.