Archive | 18 septembre 2018

Sous les branches de l’udala de Chinelo Okparanta

Présentation de l’éditeur :

Ijeoma a onze ans lorsque la guerre civile éclate au coeur de la jeune république du Nigeria. Son père est mort et sa mère, aussi abattue qu’impuissante, lui demande de partir quelques temps et d’aller vivre à Nweni, un village voisin. Hébergée par un professeur de grammaire et son épouse, Ijeoma rencontre Amina, une jeune orpheline. Et les fillettes tombent amoureuses. Tout simplement. Mais au Biafra, dans les années 1970, l’homosexualité est un crime. Commence alors le long et douloureux combat d’Ijeoma pour réussir à vivre ses désirs et, surtout, à comprendre qui elle est : il y aura la haine de soi, les efforts pour faire ce que l’on attend d’elle, et, enfin, la puissance des sentiments, envers et contre tous…

Merci à Netgalley et aux éditions Belfond pour ce partenariat.

Mon avis :

Je pourrai vous dire simplement que ce roman est à lire pour comprendre ce que signifie être homosexuelle en Afrique, plus précisément au Nigéria, ce que cela signifie être persécutée par tous, y compris dans sa propre famille, non dans l’indifférence générale, mais dans l’approbation générale. Je vous pourrai vous dire aussi que le poids des traditions et des religions est plus lourd que celui de l’amour pour son enfant. Je pourrai vous dire simplement cela, ce serait totalement oublié que ce livre est un objet littéraire, qu’il nous raconte une histoire d’amour, et l’amour n’a pas d’âge. Je vous dirai que cette histoire nous est racontée par Ijeoma, de son enfance à l’âge adulte. Elle n’est pas naïve, la petit Ijeoma, elle comprend bien tout ce qui ne se passe pas bien, dès son enfance. Au Nigéria, c’est la guerre, celle qu’ici l’on a quasiment oublié : celle du Biafra. Elle nous montre aussi une mère qui a cru bien faire pour son enfant, qui a pensé bien faire pour son enfant, et qui en fait, n’en pouvait tout simplement plus de sa condition de veuve dans un pays en guerre, dévastée.

L’histoire pourrait se passer ici, si l’on n’y prend pas garde. L’histoire se passe là-bas, où l’on peut mourir parce que l’on est homosexuel. Alors que l’on n’est simplement amoureux, et que c’est encore moins facile à admettre quand l’on n’a ni modèle, ni repère, quand il n’y a aucune tolérance pour ce qui est avant tout de l’amour. Alors Ijeoma tente, pour garder l’amour de sa mère, pour se faire une place « normale » dans la société, pour ne pas être une victime à son tour, elle tente de rentrer dans le rang, de mener une vie de famille normale, comme beaucoup d’autres femmes dans son cas.

Mon seul regret est que j’aurai aimé passer encore plus de temps en sa compagnie.