Archive | 7 septembre 2018

En vrille de Deon Meyer

Présentation de l’éditeur :

Traumatisé par le suicide d’un collègue, Benny Griessel replonge dans l’alcool. Sa supérieure hiérarchique le protège en confiant à son adjoint Cupido l’enquête sur le meurtre d’Ernst Richter, créateur d’un site qui fournit en toute discrétion de faux alibis aux conjoints adultères. Richter faisait chanter ses clients. Est-ce là une piste ? L’analyse des relevés d’appels de son portable, l’épluchage des comptes de sa start-up, les interrogatoires de ses employés, les perquisitions ne donnent rien. Les soupçons se portent aussi sur François du Toit, un viticulteur en faillite. Rien de probant. Les Hawks sont dans l’impasse. La solution surgira, contre toute attente, de l’esprit embrumé d’un Griessel au bout du rouleau.

Mon avis :

Le test du deuxième roman est parfaitement réussi pour Deon Meyer, et il est fort probable que la lecture d’un troisième est imminente. Il est rare  de voir un policier re-chuter. Il est rare de voir les autres faire preuve de solidarité envers lui – Vaungh Cupido en tête, John Cloete aussi, à sa manière. Je n’ai garde d’oublier Alexa et Doc, son parrain. Ce n’est pas facile parce que ce qui l’a fait replonger est bien réel, tragique, irréparable, et qu’il se demande pourquoi il n’a rien vu venir, ce qu’il aurait pu faire pour l’empêcher.

J’ai aimé l’analyse au jour le jour de l’état dans lequel se trouve Benny. Ce e sont pas les excuses qu’il se trouve, mais les sensations qu’il éprouve, et les stratégies mises en place pour boire, un peu, en toute impunité. L’on confond souvent l’ivresse et l’alcoolisme, Deon Meyer fait bien la différence. Il montre les risques et les conséquences – personnelle, professionnelles, familliales. J’aime quand la vie personnelle des personnages est aussi intéressante que l’enquête elle-même.

Un homme a disparu, son corps est retrouvé trois semaines plus tard, il n’a pas été tué immédiatement. Son univers n’est pas celui de Benny, ni même celui des autres enquêteurs. Ernst Ricjter avait fondé une société pour fournir des alibis en cas d’adultère – les personnes qui pouvaient l’avoir assassiné sont hélas nombreuses, même si tout le monde l’aimait. Enfin, tout le monde prétend l’aimer. Parallèlement, nous suivons les confessions de François Du Toit, viticulteur, à une avocate quinquagénaire. Nous savons dès le début qu’il est lié au meurtre de Richter. Dans la même position que son avocate, nous l’entendons dérouler son histoire, en puisant dans ses origines des éléments qui peuvent expliquer le présent. J’écris de France, et de France, nous ne connaissons pas vraiment les crus étrangers (j’ai déjà du mal avec les crus français). Alors de là à connaître l’histoire de la vigne Sud-Africaine, de ses exploitations, de ce qui a régi leur exploitation… ce n’est plus un pas qu’il faut alors franchir, c’est un abîme ! François est un passionné, comme son père avant lui – tous les hommes de leur famille n’ont pas été comme eux. Les femmes ont été des éléments déterminants, fortes, à l’image de la mère de François qui a su imposer avec détermination ce qu’elle voulait. Certes, elle est blanche, dans un pays où, à l’époque de sa jeunesse, l’apartheid régnait. Elle a su pourtant aller au bout de ses convictions, et elle aura besoin de sa détermination toute sa vie – on la retrouve auprès de son fils, de sa belle-fille et de son petit-fils, dotée d’une autorité à faire se sentir tout petit les Hawks.

Soyons clair : l’enquête nous emmène dans des circonvolutions inattendues. IL faut vraiment beaucoup d’énergie à Benny pour rester sobre, il lui en faut encore plus pour retrouver les indices, des petits faits manquants. Parfois, le hasard fait bien les choses : à force de regarder trop de séries américaines, les gentils témoins interprètent mal les faits et gestes des enquêteurs, et c’est parfois fort drôle.

Une enquête et une intrigue très réussies.