Le petit prince de Harlem de Mikaël Thevenot

Présentation de l’éditeur :

Des clubs de jazz aux guerres de gangs : bienvenue à Harlem.
Entre les trafics et la pauvreté ambiante, Sonny fait tout ce qu’il peut pour aider sa mère à joindre les deux bouts. Quitte à basculer dans l’illégalité…
Il n’y a que le soir que son âme s’élève, sur les toits, lorsqu’il souffle dans son saxophone et que le son pur et ensorcelant du jazz enchante sa vie.
Mais entre la rue et les toits, peut-il choisir son destin ?

Merci à Netgalley et aux éditions Didier Jeunesse pour ce partenariat.

Mon avis :

Ce qui m’a attiré en premier dans le livre, c’est le nom de l’auteur. Si, si, il faut bien commencer par quelque chose pour avoir envie de découvrir un livre. Après, je me suis penchée sur le résumé du livre, et c’est seulement après que je l’ai sollicité et que j’ai eu la chance de l’obtenir.
Le roman commence doucement, nous sommes de nos jours, et un policier tente de convaincre un vieil homme, qui vit dans la rue, de rejoindre un foyer pour sans-abris. Il n’y tient pas, il a tant de choses à dire, et à écrire. C’est alors que nous retournons en arrière avec lui, dans le passé – son passé.
En découvrant le récit de sa jeunesse, j’ai pensé à d’autres romans qui parlent de New York, des années d’après-guerre, comme Les saisons de la nuit de Colum McCann. Le petit prince de nous parle de la difficulté de vivre quand on est noir : pour mémoire, les soldats noirs américains, à de très rares exceptions, n’avaient pas le droit de combattre, c’est à dire d’avoir des armes (ils auraient pu se rebeller). Oui, lui et sa mère, et d’autres encore, ont quitté la Louisiane, le Sud, parce que le Nord est plus clément, moins raciste. Pourtant, la ségrégation est bien là, le travail est en priorité pour les blancs, s’ils en demandent. Aller à l’école ? Encore faut-il qu’il y ait de la place dans la salle de classe – et ce n’est pas la faute du maître, rempli de bonne volonté.
Sonny découvre la musique, le jazz presque par hasard, et se trouve projeter dans un univers dans lequel la ségrégation règne. Vous jouez, on vous écoute, noir et blanc ne se mélangent pas. La violence est toujours proche, parce qu’il faut parfois jouer de manière clandestine, la prohibition règne, la guerre des gangs aussi.
Le roman interroge aussi sur la manière dont on veut vivre sa vie avec la musique. Faut-il espérer obtenir un certain confort grâce à elle ? Faut-il le craindre, ce confort, pourtant si dur à obtenir ? Comment jouer de la musique, aussi, quand on a perdu la personne en qui on tenait le plus au monde ? Vaste sujet, auquel Sonny apporte ses propres réponses.
Il est question aussi de transmission – même si le jazz est aussi question d’improvisation. On ne peut jouer sans base, sans technique, sans envie. Charlie les a apportées à Sonny. Lui aussi, de son côté, essaie de montrer qu’il n’est jamais trop tard pour choisir sa vie.
PS : et si vous voulez en savoir un peu plus sur la reine de Harlem, n’hésitez pas à lire le roman de Raphaël Confiant Madame St-Clair, Reine de Harlem .

Publicités

6 réflexions sur “Le petit prince de Harlem de Mikaël Thevenot

  1. Merci Sharon. Ton article donne envie, je vais le lire ce livre !! Sur le même sujet j’ai lu il y a quelques années « Twelve bar blues » de Patrick Neate. C’était très bien. Merci. Continues.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.