Archive | 17 août 2018

Un dossard pour l’enfer de Jean-Christophe Tixier

Présentation de l’éditeur : 

Passionné par les défis, Alex, 17 ans, participe à un trail en haute montagne. Cette compétition de l’extrême est réservée aux plus endurants, dotés d’un mental d’acier ! Stessy, son amie, l’encourage sur le parcours.

Merci à Netgalley et aux éditions Rageot pour ce partenariat.

Mon avis : 

Ce livre devrait plaire aux jeunes lecteurs sportifs. En effet, j’ai souvent entendu des plaintes de leurs parts quand ils lisent des romans parlant de sport puisqu’ils n’y retrouvaient pas les sensations qu’ils avaient éprouvées. Ce n’est pas du tout le cas dans ce livre : le lecteur est parfaitement dans la peau du sportif.
Il répond d’abord à une question implicite : pourquoi se lance-t-on dans une telle épreuve ? Le récit met en avant l’envie de mesurer ses limites mais aussi de se dépasser soi, plutôt que de dépasser les autres. L’importance de la préparation physique, de la manière de gérer le trail, pas à pas, fait partie intégrante du récit, tout comme la notion de préparation mentale, et ce en quoi elle consiste réellement – développant la capacité de l’athlète à s’adapter au fur et à mesure de la compétition. Le soutien des proches est aussi important, comme celui de Stessy, amie d’Alex qui comprend ses désirs et connaît l’importance d’être là pour lui quand il le faut
Seulement… pratiquer un sport n’est que rarement solitaire, et certains faits viennent polluer les compétitions : l’appât du gain, le dopage, le racisme. Croire que cela n’existe plus n’aide personne à lutter contre ces phénomènes.
Du coup, j’en oublie presque l’intrigue policière, bien construite : c’est parce qu’elle s’imbrique parfaitement avec les pratiques sportives qui sont décrites.
Un roman policier sportif, qui peut être apprécié même par quelqu’un comme moi (c’est à dire une adepte du « no sport »).