Journal d’un louveteau garou – 6 août.

Cher journal
Veux-tu régler définitivement les problèmes de lutte au sein d’un clan de loup garou ? Organise des combats quelconques, mais alors vraiment très quelconques pendant une canicule. Le loup garou normalement constitué ne supporte pas les températures au-dessus de 30°. Il rêve alors de se rendre en urgence dans un endroit à peu près froid, et se plaît à rêver à son stage d’hiver en Alaska. je sais très bien que certains ouvrages prétendent que nous autres loups adorons la chaleur – que les auteurs viennent nous le dire en face au lieu de se cacher dans leurs bureaux climatisés.
Le seul point positif est que je n’entends plus mon petit frère Valère. Dans notre chambre, volets soigneusement fermés, il a renoncé à parler pour « économiser son énergie pour des choses essentielles ». Comprenez, avoir la force de se rendre dans la cuisine et de se préparer à manger quatre fois par jour. Valère tente en effet d’augmenter sa portion de légumes dans sa nourriture. Je n’ai qu’un mot à dire : ce n’est pas gagné.
Si quelqu’un suggère que nous pourrions bronzer, je lui dirai que les loups attrapent surtout des coups de soleil ! Pendant que j’écris, j’entends Zoé et Anna, mes chères cousines – pour notre bien-être mutuel, nous nous voyons le moins possible – que la chaleur rend leurs cheveux im-pos-sible à coiffer. Il suffit de remplacer « chaleur » par « pluie, vent, grêle, froid, neige, gel » et vous aurez la base de la conversation de mes cousines. Zoé veut devenir hôtesses de l’air parce que les louves garous sont sous-représentées dans cette profession. Anna, elle, veut être garde du corps – ce que je trouve absurde, un loup garou est capable de se garder seul. Elle a eu la délicatesse de me rappeler que j’avais été enlevé. J’adore ma cousine.
Sur ce, je te laisse cher journal, et te dis à la prochaine journée à peu près rafraîchissante.
Anatole Sganou.
PS : Valère, transformé, a voulu mettre le museau dehors afin d’aller cueillir des framboises. J’ai renoncé depuis longtemps à comprendre mon adorable frère. Il s’est légèrement brûlé les coussinets sur les pavés brûlants. Heureusement que nous avons un stock de pommade apaisante « au cas où ».

Publicités

7 réflexions sur “Journal d’un louveteau garou – 6 août.

  1. Je me suis brûlée un coussinet aussi avec la séparation en métal qui « tient » et sépare les deux vinyles au sol ! Pieds nus, évidemment…. Heureusement que j’ai fait de la corne à mon pied… aloe vera et tout re-va ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.